Débats

Une tribune intitulée : « Ne défigurons pas la Grande Arche de la Défense »

De tous les travaux présidentiels, la Grande Arche, de par sa position exceptionnelle, est le plus iconique, le plus photographié. CLAUDE ATTARD/FLICKR/CCBY2.0

De tous les travaux présidentiels, la Grande Arche, de par sa position exceptionnelle, est le plus iconique, le plus photographié. CLAUDE ATTARD/FLICKR/CCBY2.0


 

Une tribune publiée sur LeMonde.fr

 

Les signataires de ce texte sont : Paul Andreu, Paul Chemetov, Adrien Fainsilber, Borja Huidobro, Michel Macary, Martin Robain, Jean Nouvel, Carlos Ott, Dominique Perrault, Jean-Paul Philippon, Renzo Piano, Christian de Portzamparc, Richard Rogers, Rodo Tisnado et Bernard Tschumi. Ils sont tous architectes.

 

Par un collectif d’architectes

 
Le président de la République doit marquer de sa présence la fin des travaux de rénovation de l’Arche de la Défense, prévue pour la fin de l’année.
 

L’Arche a 30 ans. Ces travaux étaient nécessaires : il fallait remplacer le parement en marbre blanc, améliorer l’accueil du public, relever les performances thermiques. L’Etat a fait son devoir. Propriétaire des deux tiers du monument, il a confié à des professionnels – architectes, techniciens, entrepri­ses – sa rénovation externe et interne. Pour ce qui nous importe, c’est-à-dire la préservation de l’identité de l’œuvre, l’intervention en cours y répond.
Mais c’est une « presque Arche » qui va être inaugurée, une Arche béquillarde et claudicante, car les ­propriétaires de la paroi Nord ont ­décidé de ne pas se coordonner avec les travaux menés par l’Etat, et même de remplacer les plaques de marbre manquantes par des plaques en tôle émaillée « de même ton », nous assure-t-on.
 

Les propriétaires de la paroi Nord, invités depuis l’origine de l’opération à rénover leurs façades en concordance avec l’Etat, avec bien sûr les mêmes matériaux, ont décidé, pour le moment, de différer toute intervention.
 
 

Pour lire la suite de la tribune, cliquez-ici

 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.