Brèves

Versailles, ville-parc diffuse, ville du futur?

Article paru sur Libération sous le titre original: Versailles, ville du futur, par Gilles Fumey

 
7b121fe81eec82a1b0b992bf44f52305
 


Étonnante thèse de l’architecte urbaniste Alain Cornet-Vernet. En repoussant les murailles de la ville aux confins de la France, Louis XIV et Vauban libèrent le territoire urbain des fonctions militaires et font entrer la nature dans la ville.


 

Les ingénieurs devraient écrire plus souvent. L’architecte et urbaniste Alain Cornet-Vernet, passé par les Ponts et Harvard, a attendu sa retraite pour écrire sur le futur des villes. Un livre d’ingénieur, très documenté, avec des mesures abondantes sur l’extraordinaire complexité de l’urbanisation en cours dans le monde. Et un rappel sur des villes englouties dans l’histoire comme Ur, Palmyre, Pagan ou Angkor retournées au désert ou à la forêt. Il faut donc prendre très au sérieux la question urbaine. La thèse la plus forte de ce livre détonnant ? Versailles aurait inventé la ville du futur.
 
Pourtant, en 1751, Diderot et d’Alembert dans l’Encyclopédie définissaient encore la ville comme une « enceinte fermée de murailles », tout comme les Chinois avec leur sinogramme cheng (muraille). Gagner une guerre, c’était conquérir des villes. Des villes convoitées pour leur capacité à civiliser, à fabrique de l’urbanité (politesse, affabilité). Signe de son urbanité, l’association entre la ville et la muraille a explosé à Versailles lorsque Louis XIV « repousse les limites du territoire sacré des villes à celles des frontières du royaume », jusqu’à en copier la forme de la place-forte. Vauban le stratège des places fortes sera chargé de cette tâche.
 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article

 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.