Portraits

L’agence Turenscape considère le projet de paysage comme un outil de survie

Article paru sur Le Devoir sous le titre original: L’architecture de paysage différemment, par Lise Gobeille, horticultrice.
 

Turenscape est une entreprise chinoise de réputation internationale qui innove.


 

Qunli Stormwater Wetland Park – Source: Archdaily

 

Au printemps dernier, Stanley Lung, député directeur et associé chez Turenscape, était invité au Congrès des rurbains organisé par l’Association des architectes paysagistes du Québec afin de présenter quelques projets de son entreprise. À la fin de sa conférence, la salle, soufflée par ce qu’elle venait de voir, garda quelques secondes de silence, avant d’applaudir à tout rompre.
 

Pour comprendre l’approche de cette entreprise, il faut connaître la philosophie novatrice de l’architecture de paysage de son fondateur. Kongjian Yu, docteur en design de l’Université de Harvard et professeur et doyen du Collège d’architecture et d’architecture de paysage de l’Université de Pékin, voit l’architecture du paysage comme un art de la survie. Elle doit être vouée non pas au plaisir ou à l’ornemental, mais à la survie, parce que, selon lui, l’être humain est arrivé à ses limites, en particulier en Chine où les problèmes environnementaux sont énormes et les besoins en matières premières, importants.
 

Voici trois projets impressionnants réalisés par Turenscape, dont le nom d’ailleurs signifie « harmonie entre l’homme et la terre ».
 


L’Université de Shenyang Jianzhu (The Rice Campus)


 

Par l’aménagement du nouveau campus de l’Université de Shenyang Jianzhu, Turenscape voulait démontrer comment un paysage agricole peut s’intégrer dans un environnement urbanisé et comment il est possible de développer l’identité culturelle à travers le paysage. Kongjian Yu le souhaitait également productif grâce à ses récoltes, à sa biodiversité et à ses habitats pour les espèces. À ses yeux, la productivité crée une nouvelle valeur esthétique.
 

Shenyang Architectural University Campus – Source: Turenscape

 

Le site pour le nouveau campus de l’université étant à l’origine un champ de riz, il n’y avait qu’à y installer un nouveau système d’irrigation. Pour ce faire, un système de collecte de l’eau de pluie a été réalisé ainsi qu’un étang. Ce dernier, aménagé à l’aide des graminées indigènes, est une attraction agréable. Quant aux aménagements productifs, ils fournissent du riz, du blé et quelques autres grains, mais ils offrent aussi un espace extérieur de vie et d’apprentissage, car les étudiants participent à la gestion des cultures.
 

Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 

 

 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.