Brèves

L’architecture moderniste par Nicolas Grospierre

Article paru sur i-D Vice sous le titre original: « Les modernistes ont-ils vraiment bâti un monde meilleur ?« 

 

Le nouveau livre de l’artiste Nicolas Grospierre, Modern Forms, tente de répondre à travers des photographies d’architecture prises aux autre coins du monde, à cette épineuse question.


 

untitled-article-1467293503-body-image-1467293786
 

L’architecture est décidément le sujet de prédilection de l’artiste basé à Varsovie, Nicolas Grospierre. Depuis 10 ans maintenant, il photographie avec frénésie les bâtiments d’architecture moderne partout à travers le monde. De l’Europe au Sud de l’Amérique en passant par le Moyen-Orient et l’Asie, son corpus d’images présente l’héritage d’un mouvement architectural moderne ainsi que l’empreinte de son essor et de son déclin dans la ville. Depuis 2013, il partage ces clichés sur son tumblr et sort aujourd’hui un livre, Modern Forms: A Subjective Atlas of 20th-Century Architecture, à l’occasion du festival PhotoEspaña 2016 à Madrid.
 
untitled-article-1467293503-body-image-1467293796
 
CHURCH OF THE EXALTATION OF THE HOLY CROSS, ŻORY RÓJ, POLAND, 2007
 
Dans la photographie de Nicolas Grospierre, l’architecture moderne se fait le symbole d’une l’idéologie moderniste et témoigne d’un élan presque mort-né – l’échec d’un mouvement de pensée bâti sur les rêves utopistes d’un monde meilleur. « À mes yeux, le modernisme et l’architecture moderniste, en particulier, forment l’incarnation parfaite des idéaux progressistes de l’homme, rappelle l’artiste. C’était une utopie irréalisable et c’est cette faiblesse inhérente qui fait toute la beauté de ce mouvement de pensée. »

 
untitled-article-1467293503-body-image-1467293808
 
POWIŚLE STATION LOWER ENTRANCE, WARSAW, POLAND, 2004
 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article

 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.