Brèves

VIDEO: 6000 ans d’urbanisation

Max Galka est le fondateur de Metrocosm, un blog-média qui « analyse la vie au travers de statistiques et de data (données informatiques) ».
 
Diagrammes, cartographies évolutives, tableaux et autres formes graphiques d’illustration et de transmission couvrent aussi bien la répartition de la population, le mouvements des vents, que le nombres de villes américaines que peut contenir Tokyo…
 
Après avoir lu les résultats d’une recherche menée par l’Université de Yale visant à cartographier les agglomérations urbaines de 3700 av. J-C à nos jours, Max Galka s’est prêté à l’exercice d’en faire une vidéo de 3 minutes.
 


 
« En 2030, 75% de la population mondiale habitera en ville. Aujourd’hui, environ 54% d’entre nous sont des citadins. En 1960, seulement 34% du monde vivaient dans les villes.
 
L’urbanisation n’a pas commencé dans les années 1960. Mais jusqu’à récemment, le suivi de son évolution était difficile. La collection la plus complète de données sur la population urbaine, les perspectives d’urbanisation des Nations Unies, remonte seulement à 1950. Mais grâce à un rapport publié par une équipe de chercheurs de Yale, il est maintenant possible d’analyser l’histoire des villes, sur laps de temps de 6000 ans ».
 

Ainsi, Max Galka est parvenu à utiliser cet ensemble de données numérisées et géocodées à la manière d’une frise chronologique sur laquelle il est possible de glisser au fil des années. Chaque ville apparait dès lors que des documents historiques et archéologiques font allusion à son existence, celle-ci pouvant remonter en réalité à bien des années auparavant. La taille de chaque point correspond à la population recensée à cette date.
Plus tard une ville serait apparue, plus rouge celle-si apparait sur la vidéo, favorisant ainsi la lecture en un temps T.
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.