Brèves

La piscine Molitor a fait du street art une « décoration »

Article publié sur Télérama sous le titre original: A la piscine Molitor, l’art de rue a-t-il survécu ? par Marie Dufour
 
a-la-pisicine-molitor-l-art-de-rue-a-t-il-survecu,M347618

Le bassin extérieur de la piscine Molitor
© Alexandre Soria / DR

 

Spot mythique du graffiti parisien dans les années 90, l’ancienne piscine municipale est devenue depuis deux ans un complexe hôtelier cinq étoiles, qui démontre un goût affirmé pour le street art…


 
A deux pas du Parc des Princes, la piscine Molitor a longtemps été l’une des fierté de l’architecture parisienne. Inaugurée en 1929 par Johnny Weissmuller, champion de natation et premier Tarzan au cinéma, admirée pour son ambiance chic Art Déco, le complexe a traversé les époques et mouillé le maillot de plusieurs générations. En 1989, après 60 ans de bons et loyaux services, le paquebot blanc construit par l’architecte Lucien Pollet est rentré au port.
Abandonné après sa fermeture, l’endroit devient le temple du graffiti. « Ce lieu avait un charme fou. Tout était recouvert de tags. C’était génial, les graffeurs se retrouvaient, perfectionnaient leurs techniques. Il y avait des soirées incroyables.» se souvient un des artistes présents à l’époque.
 
« Je préfère garder ces images en tête, plutôt que de penser à ce que cet endroit mythique est devenu…un hôtel à bobos blindés, avec des œuvres de street artistes au milieu. Mais ce n’est pas de l’art, c’est de la décoration… triste histoire.»
 
 

Une Rolls Royce taguée par JonOne


 
Le lieu est splendide, mais conçu pour une clientèle privilégiée. Pour pouvoir simplement prendre un bain dans la piscine, le ticket d’entrée est à… 165€ la journée. Lors de son ouverture en 2014, la polémique est inévitable. Autrefois rendez-vous populaire, Molitor est désormais réservé à une élite. La gentrification de Paris est en marche.
 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.