Brèves

La ville de Paris devrait penser des quartiers d’accueil plutôt que des camps

Tribune publiée dans Libération sous le titre original: Penser des quartiers d’accueil, pas des camps, par Cyrille Hanappe, Co fondateur de l’agence AIR Architecture en enseignant à L’Ecole d’architecture de Paris Belleville
 

La maire de Paris, Anne Hidalgo a annoncé le 31 mai l’ouverture d’un camp humanitaire pour accueillir les réfugiés actuellement sans abri. Comment peut-on l’intégrer dans la ville et ne pas en faire un espace de relégation ?


 
A-Paris-boulevard-Chapelle-migrants-survivent-dans-devenu-reproduction-miniature-camp-Sangatte_1_730_400
A Paris, boulevard de la Chapelle, le camp « Stalingrad 3 », démantelé depuis / Ed Alcock / M.Y.O.P.

 
Engagés depuis longtemps sur le terrain de Calais et de Grande-Synthe, nous ne pouvons que nous réjouir de la volonté de la maire de Paris, Anne Hidalgo, de se lancer dans la réalisation de «camps humanitaires». Il nous semble qu’il s’agit aujourd’hui pour l’accueil des réfugiés de dépasser la notion de camp, chargée historiquement, pour passer à celle de «quartiers d’accueil». Ces quartiers d’accueil, ayant vocation à exercer les mêmes fonctions que les camps dans des conditions économiques similaires, présenteraient néanmoins une évolution dans leurs principes de conception.
 
Alors que le camp est toujours pensé comme un lieu provisoire, le quartier d’accueil, bien que temporaire, intègre le fait que tous les camps durent plus longtemps qu’on ne le croit initialement, de quelques mois jusqu’à des décennies. Pour ceux qui les habitent, ce temps est toujours celui de périodes de vie qui prennent importance pour chacun, et en particulier les enfants (1). Et quand bien même le travail intégrateur peut permettre à ses habitants de le quitter aussi rapidement que possible, on sait que d’autres arrivent après eux dans la permanence du lieu. A la différence de la ville classique, les populations se renouvellent rapidement, d’une manière moins prévisible et plus anarchique, mais les mécanismes à l’œuvre y sont très similaires.
 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.