Brèves

Paris : Hausse de la taxe d’habitation sur le logement vacant

Article paru sur 20 minutes sous le titre original: « Paris: Un trop plein de logements vides ou sous-occupés dans la capitale?« , par Fabrice Pouliquen
 

« C’est du 50-50 », résume Pierre Hamanou lorsqu’on lui demande la motivation des acheteurs qu’il voit passer dans son agence immobilière sur l’île Saint-Louis. 50 % achètent leur appartement pour en faire leur résidence principale, l’autre moitié pour une résidence secondaire. » Un équilibre qui bascule dès que le bien est sur le front de Seine et à vue sur Notre-Dame. « Quai de Béthune ou quai d’Orléans par exemple, évoque une autre agent immobilière qui travaille également dans ce secteur. Là, on peut parler d’un micro-marché axé sur le pied-à-terre. »


 
2048x1536-fit_ile-saint-louis-paris
L’île Saint-Louis à Paris. – Chauveau/SIPA

 
 

« Une pied-à-terrisation qui touche les neufs premiers arrondissements »


 
Posée entre deux rives, en plein cœur de la capitale, l’île microscopique est souvent prise en exemple pour illustrer le phénomène de « pied-à-terrisation » à Paris. Autrement dit, « l’achat d’appartements par de riches investisseurs ou de riches étrangers en vue d’en faire leur résidence secondaire qu’ils occupent quelques mois dans l’année, définit Sophie Chevalier, auteure en 2013, avec Sophie Corbillé et Emmanuelle Lallement, deux autres ethnologues, de « Paris, résidence secondaire. Enquête chez les habitants d’un nouveau genre ».
 
Le phénomène n’est pas nouveau, mais interpelle de plus en plus le groupe PCF-Front de Gauche au conseil de Paris. « C’est que cette pied-à-terrisation ne se limite pas à l’île Saint-Louis, indique Jacques Baudrier, élu PCF qui suit de près ce dossier. Tous les arrondissements du centre de Paris sont concernés. Du 1er au 9 et avec un record pour le 7e arrondissement. »
 
 

97.000 résidences secondaires, 100.000 logements vacants


 
L’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) évalue à 97.276 le nombre de résidences secondaires à Paris en 2012, date du dernier recensement sur la question. Soit une hausse de 20 % par rapport à 2007. La capitale en comptait alors 80.931. Une goutte d’eau par rapport aux 1,3 million de logements que compte Paris ? « Pas vraiment si on prend en compte qu’il y a 600.000 personnes qui cherchent un logement en Ile-de-France, dont 200.000 à Paris », répond Jacques Baudrier.
 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.