Portraits

Lucio Costa, le véritable père de Brasilia

Lúcio (Marçal Ferreira Ribeiro Lima) Costa, le célèbre père du Plan Pilote de Brasilia est mort le 13 juin 1998, il y a exactement 18 ans.


 
L’urbaniste brésilien Lucio Costa (1902-199) © Hugo Segawa

 
Né a Toulon, il est arrivé au Brésil à l’âge de 15 ans, avant d’entamer des études d’architecture à l’Ecole nationale des beaux-arts (ENBA) de Rio de Janeiro. Adepte de style néocolonial tant enseigné en architecture dans les années 20, il finit par découvrir les préceptes de Mies van der Rohe, Gropius et surtout Le Corbusier, jusqu’à devenir le porteur du mouvement moderne au Brésil.
 
Entre mouvement du style international et architecture traditionnelle, Lucio Costa prone une architecture sensuelle, cherchant toujours à révéler « la qualité plastique de l’œuvre architecturale et son contenu lyrique et passionnel ».
 
D’abord associé à Le Corbusier pour la réalisation du ministère de l’Education et de la Santé à Rio, Lucio Costa brille à New York, aux côtés de Oscar Niemeyer, durant la foire internationale de 1939, pour laquelle ils réalisent tout deux le pavillon du Brésil. Mais c’est surtout en faisant émerger d’un territoire vierge la nouvelle capitale brésilienne, que l’architecte urbaniste acquiert une renommée internationale.
 
Le ministère de l’Education et de la Santé – Rio
Source : peregrinations-architecturales-de-michaelmendes.over-blog.com

 
Gustavo_Capanema_Palace,_Rio_de_Janeiro,_Brazil_(main_entrance,_2004)
Pilotis et azulejos pour le ministère de l’Education et de la Santé – Rio
Source: Wikipédia

 
pinterest.com
Le pavillon du Brésil – New York World’s Fair 1939
Source: Pinterest

 
Brasília,_Brasil
Le Plan Pilote de brasilia
Source: Wikipédia

 
Lucio Costa donna naissance au célèbre Plan Pilote, le plan d’urbanisme de la capitale administrative Brasilia, inscrit dans un lac artificiel. A l’origine inspiré du motif d’une croix, le plan de la ville a évolué pour s’adapter à la topographie locale. De la croix est né l’oiseau. La ville se construit autour de deux axes se croisant dont l’un est incurvé. Autour de ce squelette urbain cruciforme, c’est à Oscar Niemeyer que l’on doit le dessin des principaux édifices publics. L’ensemble des fonctions politiques, économiques et militaire s’alignent le long de l’axe rectiligne, tandis que les habitations regroupées en 30 quartiers carrés, les « superquadras », bordent l’axe incurvé. Tous se composent d’immeubles en béton regroupés 4 par 4 ainsi que de terrains de sport, d’école et d’une église.
 
Ainsi, la séparation des fonctions, chère à Le Corbusier, a été mise en pratique pour la construction de la capitale. Le travail et les habitations répondent à une logique de zoning bien distinct. De même, l’influence de l’architecte franco-suisse est notable dans l’utilisation du béton ainsi que celle de pilotis dans l’architecture de nombreux monuments. A cela, s’ajoutent parfois des revêtements en carreaux de faïence (azulejos) afin de déposer sur la ville la trace de l’architecture traditionnelle brésilienne (héritée de la colonisation Portugaise).

 
Le plan original de la ville était prévu pour 500 000 habitants. En 2007, la population de Brasilia a été recensée à 2 455 903 habitants.
Dès le plan d’origine, un réseau de 16 villes satellites anciennes avait été imaginé pour loger la main d’oeuvre mobilisée pour construction de la ville. Cependant, ces villes conçues pour absorber le trop plein démographique furent délaissées au profit de la transformation des campements
provisoires ouvriers en nouvelles villes satellites. Souvent, ces quartiers pauvres et illégaux ont été déplacés de force vers des lotissements planifiés.
 
Photo_satellite_de_ce_plan_pilote
 
NASA

La nuit, la perception de l’étendue de Brasilia, et de ses villes satellites est plus facile
Source: la NASA

 
Un projet très controversé qui plaça tout de même Lucio Costa comme référence en terme de planification urbaine !
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.