Récits

La marche et le territoire

Tribune publiée sur Libération sous le titre original: Marcher pour changer notre regard sur les territoires, par Baptiste Lanaspeze, Bureau des guides du GR 2013 et Alexandre Field, Bureau des guides du GR 2013
 
000_Par197118

Source: Metronews

 


Sur le territoire d’Aix-Marseille-Provence, le GR 2013 propose de redécouvrir les interactions ville-nature.


 
L’invention d’une métropole concerne des territoires immenses et variés, qui n’ont pas de culture commune préalable. Il ne s’agit pas tant d’inventer un territoire administratif, que de découvrir le nouveau territoire que l’on se propose d’administrer.
 
Nous autres, urbains du XXIe siècle, habitons des territoires métropolitains que nous ne connaissons pas. Ces territoires, précisément parce qu’ils sont les plus densément habités, sont parmi les moins explorés. Faire la navette chaque jour sur 20 ou 40 kilomètres est une chose ; savoir ce qui se trouve entre son lieu de résidence et son lieu de travail en est une autre.
 
Que s’est-il passé pour que se creuse ce fossé entre la réalité de nos territoires de vie et l’idée que nous nous en faisons ? Un siècle de développement urbain d’une ampleur jamais vue dans l’histoire de l’humanité – incluant, depuis cinquante ans, l’explosion automobile de l’urbanité. Nous avons construit, dans des proportions inédites, des espaces de vie débrayés du corps humain et des savoir-faire traditionnels. Civilisation et spatialité ont divergé.
 
Les processus de métropolisation, amorcés à Paris, Lyon, Marseille concernent à chaque fois des espaces urbains si vastes et si complexes, que personne ne peut prétendre les connaître – ni les habitants ni les experts. L’enthousiasme du projet ne doit donc pas nous faire perdre de vue l’humilité du terrain. Un projet métropolitain qui ne se serait pas donné le temps et la peine d’une exploration approfondie, partagée avec la société, risque soit d’être un coup d’épée dans l’eau, soit – pire encore – d’ajouter de nouvelles violences à des territoires déjà meurtris.
 
Cliquez ici pour lire la suite de la tribune
Ou encore là pour voir, grâce aux photos de l’Observatoire Photographique du Paysage (OPP), ce dont il s’agit: La métropole Aix-Marseille-Provence : des calanques et des raffineries
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.