Débats

Le chant des villes #2 : Ecouter la ville, conter l’urbain, paru sur Demain la ville

« Bienvenue ici. Ici avec vos pieds, ici avec vos oreilles », ainsi commencent les promenades sonores, bercées par la voix langoureuse de la chroniqueuse de Radio Grenouille, Julie de Muer.
 
C’est sur le territoire de la Provence-Alpes-Côte d’Azur, entre le Rhône et les calanques, que ces balades radiophoniques vous font toucher du bout de l’orteil le substrat de l’urbanité de la métropole d’Aix-Marseille-Provence.


 
Capture d’écran 2016-04-27 à 16.55.24
Capture d’écran de la carte des promenades sonores

 

« Vous allez entendre des pas. Essayez de caler votre rythme de marche sur ces pas, ils vous donneront le tempo de la promenade », vous susurre à l’oreille le ton envoûtant. Que vous soyez dans le métro de Tokyo, sous la grisaille parisienne ou en train de déambuler le long du parcours conté, le voyage est inéluctable.
 
Deux possibilités donc, enfourner ses écouteurs dans son pavillon auditif tout au long de son trajet quotidien pour aller au boulot ou vivre l’expérience in situ et suivre minutieusement la carte du trajet narré. Mais, que vous soyez un randonneur avéré ou un trotteur sur asphalte, vous serez porté au gré des prises de son et découvrirez un territoire d’une nouvelle façon.
 

Ecoutez s’étaler devant vos yeux le paysage industriel du « Grand Marseille »


 
« Vous vous trouvez sur le quai de la halte Croix-Sainte, direction Marseille. Vous voyez un abri avec un petit banc. Allez vous y asseoir, Sophie vous y attend. Alors le voyage du Campeo pourra commencer ».
 
Derrière, le bruit des disques métalliques sur les rails crisse, camouflant à peine le chant stridulant des cigales. Dans votre espace réel, les gens pressés se bousculent le long d’une étroite ruelle. Pourtant, votre espace de pensée vous présente un panorama aride et désert. Vous y êtes, sans même avoir eu besoin de fermer les yeux. Sur cette langue de terre proche de Martigues, entre espaces naturels, cheminées d’usines et grues longilignes, vous partez à la rencontre des habitants, des enfants qui sillonnent le GR13, d’une roche dorée appelée Pudding, de vestiges de grands magasins de stockage… Un paysage mental se dessine au travers du récit sensible d’un interlocuteur invisible. Vous le voyez comme si vous y étiez, ce grand plateau pris en étau entre la Méditerranée et l’étang de Berre. Un vaste espace en lévitation dans le temps, que l’urbanisation n’a pas encore grignoté et qui semble, serein, attendre son heure. Un territoire à perte de vue, portant quelques stigmates de sites industriels pas encore requalifiés. Un paysage champêtre préservé…
 
Ces mots, vous les intégrez comme une vérité qui tiendra la main de votre pinceau mental. Puis la voix se tait, le paysage se brouille et vous réapprenez à voir ce qui vous entoure réellement.
 
Pour expérimenter vous-même cette sensation de voyager hors de l’espace, écoutez la promenade sonore dont il est question : Le Campeo, par Julie De Muer
 

Ecouter les pêcheurs marseillais vous livrer leur expérience de la mer


 
Depuis Martigues, paysage périurbain métropolitain, il est possible de plonger dans le cœur de la très éclectique cité phocéenne : Marseille…
 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.