Brèves

Le béton du futur sera plus écologique !

La société Argilus vient d’inventer un matériau de construction révolutionnaire.
HP2A, pour Haute Performance Activation Alcaline, est un argile aussi dur que du béton.


 

x870x489_argilus_beton_blanchard

Des blocs de béton réalisés à partir du « ciment argileux » HP2A © Radio France – Emmanuel Sérazin

 
La grande nouveauté réside dans son procédé de fabrication. Contrairement au ciemnt, ce matériaux ne nécessite pas de cuisson et dégage donc bien moins de CO2. Selon France bleue: « Pour produire du ciment classique, il faut brûler du calcaire dans un four à 1300°. La fabrication d’une tonne de ciment génère une tonne de CO2, là où la fabrication d’une tonne de HP2A n’en génère que 50 kg, soit 20 fois moins ».
 
Qui plus est, cet argile est propice au recyclage. Pour le rendre « béton », il est possible de le mélanger avec différents types de sables, des gravas de chantier concassés et même des fibres végétale. Une solution qui pourrait éviter de dévorer les lits des rivières, les plages et les déserts pour la qualité de leur sable dit « noble » et indispensable à la fabrication de béton par le ciment calcaire.
 
Un procédé écologique donc, qui a la particularité d’offrir plus de souplesse pour autant de résistance à ce matériau de construction du futur. Pour tester les objets en béton qu’il sera dorénavant possible de concevoir, graphiques et arrondis, la PME Argilus s’est d’ailleurs associé à l’école de design de Nantes.
 
Total, Michelin et Airbus ne sont pas passés à côté des enjeux économiques colossaux engagés et ont décidé d’aider la PME vendéenne à développer et commercialiser son ciment argileux. Cette dernière a pour l’instant tout juste déposé un brevet mondial sur son mélange. La commercialisation du HP2A est prévue pour le second semestre de 2017.

 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.