Brèves

Une nouvelle manière de travailler pour 1/3 de la population active aux États-Unis, qui est freelance

Article paru sur l’Atelier, sous le titre original: Y Combinator : les start-up connectent entreprises et travailleurs indépendants par Lucie Jan

 
atelier-y-combinator-start-connectent-entreprises-travailleurs-independants

Source: L’Atelier

 

Les travailleurs indépendants sont de plus en plus nombreux aux Etats-Unis. Les start-up de la première saison du Y Combinator 2016 se sont penchées sur cette évolution du monde du travail en proposant des solutions innovantes au service de ces nouvelles générations de travailleurs.


 

D’après l’étude « Freelancing in America : 2015 », réalisée par Freelancers Union et Upwork, l’écosystème des travailleurs à la demande, ou freelances, regroupe maintenant près de 54 millions d’Américains, soit un peu plus d’1/3 de la population active aux États-Unis. Deux raisons expliquent cette croissance du nombre de travailleurs à la demande. D’un côté les travailleurs et particulièrement les nouvelles générations Y et Z, recherchent plus de liberté et de flexibilité et rejettent donc le modèle traditionnel de l’emploi dans une seule entreprise – 43% des freelances sont d’ailleurs des « millennials », de l’autre côté le modèle du travail à la demande permet aux entreprises d’embaucher des experts d’un domaine ayant des compétences très spécifiques pour répondre à un besoin précis sur une durée déterminée, autrement dit une aubaine pour les employeurs.
 
Lors du demo day du Y Combinator, plusieurs start-up ont confirmé cette mutation de l’emploi traditionnel vers le modèle du « freelancing ». De la mise en relation entre entreprises et freelances, aux services dédiés aux travailleurs indépendants, tour d’horizon des solutions des start-up du Y Combinator.
 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.