Brèves

Un ancien athlète réfugié a porté la flamme olympique dans le camp d’ Eleonas en Grèce

Article paru sur L’Express sous le titre original: JO-2016: un réfugié syrien porte la flamme olympique dans un camp de migrants d’Athènes, par AFP
 

Athènes – Syrien, réfugié, handicapé de guerre, grand sportif : Ibrahim al-Hussein, 27 ans, a réalisé un rêve en portant mardi soir la flamme des jeux Olympiques de Rio dans un camp de migrants d’Athènes, et avec elle, bien des symboles.


 
flamme-olympique-camp-migrants-athenes-4_5587917
Le réfugié syrien Ibrahim al-Hussein, nageur amputé de guerre, porte la flamme olympique dans le camp de réfugiés d’Eleonas, à Athènes, le 26 avril 2016
REUTERS/Alkis Konstantinidis

 

Le jeune homme, vêtu du maillot officiel blanc à manches jaunes « Rio2016 », a allumé sa torche sur celle du président du Comité olympique hellénique Spyros Kapralos, au milieu d’une joyeuse cohue de réfugiés et de medias dans le camp d’Eleonas, qui abrite 1.620 personnes dans une banlieue industrielle d’Athènes.
 
« C’est un honneur pour moi, c’est formidable non seulement pour moi mais pour tous les réfugiés », a-t-il souligné.
 
Un bébé afghan était brandi derrière les deux hommes par son père, avec sur la tête un chapeau de papier mentionnant « Open the borders » (ouvrez les frontières).
 
Ce passage de relais était une promesse faite fin janvier dans le camp-même par le président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach : un des relais de la flamme olympique passerait par là, et c’est un réfugié qui la porterait.
 

Il avait aussi annoncé qu’une délégation d’athlètes réfugiés participerait aux JO-2016 (5-21 août).
 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.