Brèves

Sharevoisins: un site de rencontre… entre voisins

Article paru sur l’Obs sous le titre original: ShareVoisins : « J’ai rencontré mon voisin de palier sur Internet », par Lauriane Clément
 

Pauline ouvre la porte de son appartement, qui arbore un sticker ShareVoisins. Cette pétillante urbaniste de 29 ans n’utilise le site de partage que depuis quatre mois, mais a déjà une belle histoire à raconter :


 
gilles_et_pauline
Gilles et Pauline – Lauriane Clément/Rue89

 
« J’ai rencontré mon voisin de palier sur le site. »

ShareVoisins a été lancé en octobre 2014 par Kevin Blanchard et Laetitia Grossemy, deux jeunes autoentrepreneurs parisiens. Il propose des prêts et emprunts d’objets du quotidien entre voisins, via une interface collaborative. Il constitue aussi une excellente excuse pour provoquer des rencontres.
 
Le point de départ ? Un mot dans l’ascenseur de l’immeuble de Laetitia :
 
« On a tous des objets qui dorment dans nos placards, alors partageons-les ! »

10 000 utilisateurs partout en France


 
Le site rassemble déjà 10 000 utilisateurs dispersés aux quatre coins de la France – dont 20% à Paris – et pas moins de 8 000 objets en tout genre. Pauline et Gilles se sont rencontrés par ce biais. Elle explique :
 
« Je pars à Budapest la semaine prochaine et je cherchais un livre-guide de la ville. J’ai mis une annonce sur le site et quatre jours plus tard, Gilles, qui habite la porte d’en face, a frappé chez moi ! »
 
Il a 50 ans, est « peintre-designer », et s’en étonne encore :
 
« C’est drôle qu’on se soit rencontrés sur Internet alors que c’est si facile de faire toc-toc pour demander ! »
 
Depuis, les joyeux lurons ne manquent pas une occasion de se voir, à la crémaillère et à l’anniversaire de l’un ou l’autre, ou pour s’échanger fromage et saucissons.
 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.