Brèves

Visitez Marseille autrement

Article publié sur Tema Archi sous le titre original: A Marseille, Vieux Port : “Tant que ça ne masque pas la mer » par David Abittan
 

Vendredi 22 avril, la cinquième étape du Tour de France de l’architecture a pris place à Marseille. Balade dans la cité phocéenne entre l’école d’archi à Luminy, et le Vieux-Port, réhabilité ces dernières années, en passant bien sûr par la Cité Radieuse de Le Corbusier.


 
Je ne veux surtout pas rentrer dans les clichés. Je ne cherche même pas à définir l’identité des villes que je traverse tant j’aurais peur de multiplier les lieux communs. Mais tout de même, lorsque j’ai pris contact avec Didier Dalbera, enseignant à l’école d’architecture de Marseille, il m’a invité dès notre premier échange à faire “un arrêt au stade Vélodrome et au Corbu” avant d’arriver sur le campus.
 


 
Les réalisations de Norman Foster, Zaha Hadid, ou Kengo Kuma peuvent bien attendre… En bon élève, je file Boulevard Michelet, passe devant le “Nouveau Stade Vélodrome” – un escalier et cette grande enveloppe blanche, ce ne doit pas être le meilleur point de vue – pour rejoindre l’Unité d’Habitation.
 
Je connaissais déjà la Maison Radieuse de Rezé, pour y avoir passé quelques jours, et je n’ai donc pas ressenti la même émotion en arrivant au pied de l’immeuble. Ce doit être un truc propre à la première rencontre, face à l’immensité de l’ouvrage, ou face à une icône tant vue et tant commentée. En revanche, j’allais enfin découvrir la fameuse “3ème rue”, la rue commerçante, et ça c’était excitant !

 

Des cinq Unités d’Habitations existantes, seule celle de Marseille conserve encore des commerces. Pour quelques décennies au moins, à n’en pas douter, la question est de savoir lesquels. Le boulanger, arrivé ici il y a près de cinquante ans, regrette le remplacement des boutiques par des bureaux : “Il y a quelques années encore, il y avait une boucherie. Mais elle aussi a fermé. Lorsque un commerce est remplacé par un bureau, alors ça ne redeviendra jamais un commerce !” Il y a bien quelques autres magasins, entre les architectes et le cabinet paramédical : une agence immobilière, une librairie et un “concept-store”, mais pas de quoi vivre en autonomie…
 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.