Brèves

#BanlieueDebout ne regarde pas la place de la République comme un exemple à copier

Article paru sur L’Express sous le titre original: Les tentatives de Nuit debout en banlieue se multiplient mais peinent à mobiliser les quartiers
 

des-gens-se-rassemblent-pour-une-nuit-debout-a-bobigny-en-banlieue-parisienne-le-17-avril-2016_5584753

Des gens se rassemblent pour une Nuit debout à Bobigny, en banlieue parisienne, le 17 avril 2016 THOMAS SAMSON

 

Bobigny – Comment aller de la place de la République à la banlieue parisienne’ Des initiatives éparses sont prises pour amener le mouvement citoyen Nuit debout dans les quartiers populaires, mais cette démarche peine pour l’heure à dépasser les cercles associatifs traditionnels.


 
Ivry, Saint-Denis, Cergy, Mantes-la-Jolie… Une quinzaine de villes au-delà du périphérique ont déjà accueilli au moins une Nuit debout, à la suite de celle organisée à Montreuil le 8 avril, une semaine après le lancement du mouvement à Paris.
 
Le 10 avril, une « commission banlieue » se mettait en place à République, pour favoriser la « convergence des luttes ». Mais dès le 4 avril, David Cousy, un militant associatif de Créteil, avait lancé sur Twitter le mot-clé #BanlieueDebout, pour permettre une mobilisation « autonome ».
 
« J’étais agacé d’entendre à République qu’il fallait envoyer des délégués pour expliquer aux gens de banlieue comment faire », raconte ce président de l’association Créteil 3.0, convaincu qu’un « transfert vers les quartiers populaires est en train de s’opérer ».
 
Pourtant, rares sont les habitants issus de l’immigration à s’exprimer dans ces premières « Banlieues debout », qui réunissent entre quelques dizaines et 200 personnes.
 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.