Brèves

Quand l’architecture fait corps avec l’océan

Pour le pavillon de l’eau de l’Exposition Internationale Yeosu 2012 (Corée du Sud), l’agence d’architecture Daniel Valle Architects avait proposé un étrange bâtiment hybride.


 
danielvalle-1-900x676
© Daniel Valle Architects

 
Plaçant l’expérience architecturale au coeur du projet, ils avaient imaginé une structure comme une allégorie du ressac des marées et de l’univers changeant des océans.
 
« La notion de fluidité, de flottabilité et de changement constant sont les principes de base de notre proposition » peut on lire sur leur site.
En plaçant le pavillon sur la ligne d’horizon aquatique, à la frontière entre l’eau et l’air, et en l’immergeant ou en l’émergent selon les besoins de l’exposition, les architectes modifient l’aspect et l’usage du bâtit, mimant les variations paysagères d’une plage.
 
L’équilibre instable est recherché, rappelant la fragilité du patrimoine côtier et sous marin. L’impression de marcher sur l’océan et de pouvoir y « plonger au sec » noue le dialogue entre deux horizons qui trop souvent s’ignorent. Malheureusement, ce projet n’a jamais vu le jour.
 
danielvalle-2-900x656
© Daniel Valle Architects
 
danielvalle-3-900x538
© Daniel Valle Architects
 
danielvalle-4-900x676
© Daniel Valle Architects
 
danielvalle-6-900x608
© Daniel Valle Architects

 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.