Récits

Comment construire à Paris sans tomber dans le pastiche ?

Article paru sur Libération sous le titre original: Comment bâtir parisien sans pastiche par Sibylle Vincendon
 
869636-bichat

L’immeuble compte 91 logements, rue du Faubourg-du-Temple. Photo Arnauld Duboy Fresney

 

Une opération de HLM près de la République à Paris, due à l’architecte Alexandre Chemetoff, fait la démonstration d’une approche urbaine contemporaine sans tapage. Décryptage en cinq points.


 
Les architectes doivent-ils «réinventer Paris» comme la mairie de la capitale vient justement de les inviter à le faire? Alexandre Chemetoff, architecte-paysagiste, fait la démonstration qu’il est parfois intéressant de partir de ce que Paris a inventé. Avec 91 logements sociaux, une crèche et cinq commerces rue du Faubourg-du-Temple, près de la République, l’immeuble qu’il vient de signer est la démonstration que l’on peut rester fidèle à l’urbanisme des faubourgs parisiens, être créatif, se soucier des habitants et respecter les limites des deniers publics. Comment être «fidèle à l’esprit des lieux»?, se demandait l’architecte lors d’une conférence en 2012. Avec un modèle? Avec une méthode plutôt, que l’on peut résumer en cinq points.
 
 

1/ Ne pas pasticher Paris


 
Avec sa façade en bois et zinc, l’ensemble est à des années-lumière des faux haussmanniens comme on en voit plein les programmes de promoteurs. D’autant plus que chaque fenêtre se prolonge par un petit balcon carré. Dans le paysage de la rue, au premier coup d’oeil, chacun peut constater qu’il y a là quelque chose de pas très courant. Les toitures, qui font des zigzags de sheds d’usines, abritent des panneaux solaires pour fournir l’eau chaude de la crèche. Le toit de la crèche est planté, comme les patios et la cour.
 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.