Brèves

« Borderlife » ou les pièces cachées dans la ville de Milan

Article paru sur Konbini sous le titre original: Quand le street art se fait politique : les égouts-maisons de Milan, par Olivia Cassano
 

Le dernier projet de l’artiste milanais Biancoshock consiste à transformer des bouches d’égouts en des pièces de maison miniatures. Ses “interventions” nous interpellent sur le sort des SDF.


 

2626992_orig

© Biancoshock

 

Biancoshock, l’artiste et activiste basé à Milan, est connu pour se servir de la jungle urbaine comme support. Il imagine des “interventions” amusantes, temporaires, qui invitent à la réflexion, et qui ont pour but de perturber la monotonie du quotidien.
 

Si son travail semble joyeux, Biancoshock aborde des thématiques sérieuses comme la pauvreté, le stress de la vie moderne, le capitalisme, la décadence urbaine… En effet, pourquoi le street art serait-il vide de sens ?
 

Son travail s’inscrit dans le courant de l’”éphéméralisme”, un mouvement artistique qui “a pour but de produire des œuvres d’art qui doivent exister brièvement dans l’espace mais de manière illimitée dans le temps”.
 

L’artiste utilise des objets abandonnés dans l’environnement urbain – un pneu, une plaque de rue, des palettes en bois mises au rebut – et en donne une nouvelle interprétation, suggestive et toujours déstabilisante. Jusqu’à aujourd’hui, il a créé 650 “interventions” dans le rues de Milan et ses alentours.
 

7633062_orig

© Biancoshock

 

Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.