Brèves

EuropaCity : Une ville artificielle au nord de Paris

Article paru sur Marianne sous le titre original: « EuropaCity : la prouesse inavouable » par Eric Conan
 
8927-100241690

EuropaCity, un petit Dubaï de 230 000 m2 de commerces, 20 000 m2 de restaurants, 20 000 m2 de parc aquatique « de type resort » avec vague de surf, 30 000 m2 de « snowpark » ou encore 50 000 m2 de lieux culturels – DR
Source: Marianne

 

L’enquête publique sur « le plus important projet d’aménagement culturel et commercial en Europe », EuropaCity a été lancée en France la semaine dernière, dans la quasi indifférence. Symbole de l’impuissance publique, cette ville artificielle promet déjà le meilleur du capitalisme récréatif et consommatoire.


 
C’est un silence aussi assourdissant que bizarre. L’enquête publique sur « le plus important projet d’aménagement culturel et commercial en Europe » a été lancée en France la semaine dernière, mais personne ne le revendique. EuropaCity. Une ville artificielle au nord de Paris. « Un formidable pari sur l’avenir. » Qui en parle, en ces temps de morosité ? Cette promesse de record s’énonce dans la discrétion. Ou plutôt dans la crainte. Le promoteur d’EuropaCity, Immochan, filiale immobilière d’Auchan, redoute un Notre-Dames-des-Landes francilien.
 
Et les élus (de droite comme de gauche) qui y ont cédé ne sont pas fiers. Ce symbole privé de leur impuissance publique représente l’inverse de ce qu’ils racontent à longueur d’année sur la culture, l’environnement, l’agriculture… La preuve grand format qu’ils ne font pas ce qu’ils disent. Qu’ils se contentent de se soumettre aux forces qui vont. Celles du capitalisme récréatif et consommatoire, et de son programme pour changer la vie : faire du passé table rase pour inventer cet homme nouveau « à la recherche d’un acte d’achat intégrant une dimension de plaisir ».
 
Pour présenter ce petit Dubaï qui doit éclore sur les dernières terres agricoles du Val-d’Oise, ses concepteurs alignent les « équipements ». En vrac : 230 000 m2 de commerces, 2 700 chambres d’hôtel, 20 000 m2 de restaurants, 20 000 m2 de parc aquatique « de type resort » avec vague de surf, 30 000 m2 de « snowpark » avec piste de ski pour « freestyleurs », 50 000 m2 de lieux culturels, dont l’inévitable « parc d’aventures ». Ils annoncent leurs « objectifs » avec autant de précision : 30 millions de visites par an, dont 6 millions de touristes : la fréquentation de Paris, le double d’Eurodisney, trois fois le Louvre. Mais EuropaCity aura mieux que la Joconde : satisfaire le désir de « faire foule ensemble » dans « le foisonnement et la fluidité́ d’expériences du monde virtuel ».
 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.