Débats

Le projet lauréat de la Skyscraper Competition 2016 propose de transformer Central Park en enclave urbaine

La Skyscraper Competition récompense chaque année des projets d’architecture « visionnaires ». Cette année, les lauréats sont Yitan Sun et Jianshi Wu, deux Américains qui proposent de transformer le célèbre parc new-yorkais en… caverne urbaine.


 

central-park-1000-foot-glass-walls-new-york-horizon-yitan-sun-jianshi-wu-evolo-skyscraper-competition-designboom-03
 
Avec « New York Horizon », les deux architectes prétendent présenter un projet de gratte-ciel inversé… Ils proposent d’excaver le coeur vert de Manhattan jusqu’à atteindre la roche mère et ainsi sculpter sa topographie de manière à reconstituer canyons et gorges artificiels.
Un genre de Buttes Chaumont (totalement factice mais reposant cependant sur la topographie existante d’une carrière de gypse) en somme, enceint d’un miroir de verre de plus 300 mètres de haut dont le but serait de dissimuler la vue sur les gratte ciels environnants et de refléter le paysage intérieur à l’infini.
 
central-park-1000-foot-glass-walls-new-york-horizon-yitan-sun-jianshi-wu-evolo-skyscraper-competition-designboom-01
 
central-park-1000-foot-glass-walls-new-york-horizon-yitan-sun-jianshi-wu-evolo-skyscraper-competition-designboom-S1
 
central-park-1000-foot-glass-walls-new-york-horizon-yitan-sun-jianshi-wu-evolo-skyscraper-competition-designboom-S2
 
central-park-1000-foot-glass-walls-new-york-horizon-yitan-sun-jianshi-wu-evolo-skyscraper-competition-designboom-S5
 
central-park-1000-foot-glass-walls-new-york-horizon-yitan-sun-jianshi-wu-evolo-skyscraper-competition-designboom-S6
 
Une idée digne des plus grands polars de science fiction, et qui n’est pas sans rappeler le projet de Rem Koolas « Exodus ou les prisonniers volontaires de l’architecture« . Le projet se rapporte dans ce cas précis à la Guerre froide, au mur de Berlin, à cette enclave limitée et encerclée par un mur en vigueur, une prison à l’échelle d’une métropole dans lequel le peuple vient chercher un refuge volontairement.
 
112711_1845_KOOLHAASRem1

La prison urbaine de Rem Koolas sans « Exodus ou les prisonniers volontaires de l’architecture », un projet animé

 
L’idée n’a pas tant évoluée. La prison dans laquelle les new-yorkais viendraient trouver refuge serait alors une nature factice coupée de son environnement immédiat trop urbain. Le principe de l’hétérotopie (la localisation physique de l’utopie selon Michel Foucault) poussée à son paroxysme. La formalisation d’une utopie qui en dit long sur la situation des urbains dans notre monde contemporain. La ville est elle à ce point écrasante pour que le besoin de lui échapper (en son sein) soit si prégnant? De même que le paysage perçu sur les parois réfléchissante présente une image biaisée, la fuite est illusoire.
 

Et lorsque les architectes expliquent que leur « ambition est d’inverser la relation traditionnelle entre le paysage et l’architecture en faisant que tout l’espace occupable soit en connexion avec la nature », nos cheveux se hérissent sur notre tête. En connexion avec la nature, mais déconnecté de tout contexte historique, géologique et physique… « Inventer la relation » par la scission relève déjà de l’incohérence.
 
central-park-1000-foot-glass-walls-new-york-horizon-yitan-sun-jianshi-wu-evolo-skyscraper-competition-designboom-02
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.