Récits

La ville bucolique, accueillante et poétique des frères Bouroullec

Article paru sur Télérama sous le titre original: « A Rennes, la ville rêvée des frères Bouroullec »
 

La ville, Ronan et Erwan Bouroullec la voudraient bucolique, accueillante, poétique… Dans l’exposition “Rêveries urbaines”, les deux designers en dessinent de biens surprenants contours. A découvrir à partir du 25 mars, aux Champs libres, à Rennes. Explications d’Erwan Bouroullec.


 

On ne s’attendait vraiment pas à cette exposition des Champs libres, à Rennes (du 25 mars au 28 août). Dans une grande salle baignée de pénombre, on découvre des dizaines de maquettes d’objets, à mi-chemin entre architecture et mobilier urbain : kiosques tournants, fontaines, mâts, abris géants sur lesquels poussent des arbres… Des petits personnages découpés, des chiens, des oies, circulent ou s’allongent dans ce paysage faussement naïf de carton, de papier froissé, d’algues, de lichens et de bouts de bois. Ce sont les « Rêveries urbaines », l’une des quatre expositions organisées dans la métropole bretonne autour du travail de Ronan et Erwan Bouroullec. La ville, les deux designers la rêvent donc bucolique, accueillante et poétique. A hauteur d’enfant.
 
a-rennes-la-ville-revee-des-freres-bouroullec,M318093

Abri par Ronan et Erwan Bouroullec. Exposition “Rêveries urbaines” aux Champs libres, à Rennes.
© Studio Bouroullec

 
Surtout connus pour leur mobilier haut de gamme, les frères Bouroullec sortent de la maison. Un tournant dans leur parcours, commencé il y a une quinzaine d’années, et couronné par de grandes expositions un peu partout dans le monde. Ils tombent au bon moment. Beaucoup de grandes villes, comme Nantes, Paris, Lyon ou Lille, s’interrogent aujourd’hui sur la manière de restituer l’espace public aux citadins. Pour que la ville ne soit pas seulement un lieu où l’on produise, circule, consomme et dorme, mais qu’elle permette aussi le jeu, la rencontre. “Les Rêveries urbaines” semblent beaucoup intéresser Nathalie Appéré, la maire de Rennes. Peut-être deviendront-elles un jour réalité ? En attendant, les explications d’Erwan Bouroullec, sur fond sonore de chants d’oiseaux et de musique de manège.
 

Vous avez envie d’intervenir dans la ville ?


 
Nous nous sentons aujourd’hui capables d’aborder beaucoup de sujets nouveaux. Nous venons du monde du meuble parfois considéré comme un peu futile, car ce n’est pas là qu’on trouve les plus grands enjeux techniques ou sociaux. Mais nous nous y sommes forgé une philosophie très claire, qui peut s’étendre à d’autres domaines. Aujourd’hui, nous avons conçu du mobilier urbain, mais nous aurions tout aussi bien pu imaginer une voiture.
 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.