Brèves

Pas de cocorico pour les architectes …

Edito de Jean-Philippe Hugron paru dans Le courrier de l’architecte sous le titre original: A quand des architectes en marinière et bonnet rouge ?
 
01()_B

Source: lecourrierdelarchitecte.com

 

Voilà un peu de ‘science-friction’… quelques hommes et femmes habillés de noir, des tracteurs, des remorques… la menace de déverser, rue de Valois, des tonnes de calques et de plans. A quelques pas du Conseil d’Etat, de jeunes étudiants sont retranchés derrières des barricades de carton plume et de balsa. Ils scandent un appel pour plus de visibilité et de reconnaissance… Une génération d’architectes aurait été sacrifiée sur l’autel de la facilité.


 
Réinventer Paris a récemment confié ses deux plus belles opérations à Sou Foujimoto et David Chipperfield. Facile!
 
Les Galeries Lafayette viennent de confier la transformation de leur adresse, boulevard Haussmann, à Amanda Levete, brillante architecte britannique. Facile!
 
Cette annonce fait suite à celle, quelques semaines plus tôt, concernant le choix de BIG pour la création d’un magasin sur les Champs-Elysées en lieu et place de l’ancien Virgin Megastore alors, qu’au même moment, le groupe travaille, à quelque pas du centre Georges Pompidou, à une fondation d’art dont les plans ont été confiés à l’OMA. Bien trop facile!
 
Dans ce contexte, pourquoi donc s’étonner de ne voir aucun architectes français retenus par Alejandro Aravena dans le cadre de l’exposition centrale de la Biennale d’Architecture de Venise?
 
Car, au fait, qui porte une jeune architecture française, celle-là même qui arrive, sans même être AJAP, par l’intermédiaire de grands concours ouverts à obtenir de prestigieux projets tel le Guggenheim d’Helsinki (Moreau Kusunoki Architectes) ou encore le Musée d’Ethnographie de Budapest (Vallet de Martinis + DIID Architectes) ?
 
Tout un chacun serait à même de se demander où est passé l’esprit des Grands Travaux qui voyaient émerger, il y a 25 ans, les deux seuls Pritzker français : Jean Nouvel, co-auteur de l’Institut du Monde Arabe et Christian de Portzamparc, architecte de la Cité de la Musique.
 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.