Brèves

la Cité de Refuge, érigée par Le Corbusier pour l’Armée du Salut retrouve ses couleurs

Article paru sur Les Echos sous le titre original: Cité de Refuge : la « machine à guérir » de Le Corbusier renaît
 
5260055_11-1-1637554364_545x460_autocrop

Rue Cantagrel (XIIIe). La façade de la Cité de Refuge, édifiée par Le Corbusier dans les années 1930, a retrouvé tout son éclat. (FLC – ADAGP/A. Da Silva – Graphix Images.)

 

Après quatre ans de travaux, le célèbre immeuble parisien de l’Armée du Salut, érigé par l’architecte Le Corbusier en 1933, accueille à nouveau 282 personnes défavorisées.


 
Loin des polémiques, la Cité de Refuge, l’emblématique lieu d’accueil et de réinsertion des plus démunis, érigé en 1933 par Le Corbusier pour l’Armée du Salut, dans le 13e arrondissement de Paris, a retrouvé ses couleurs. Une polychromie – bleu, jaune, rouge – identifiable au premier coup d’oeil. Il était temps. Après quatre-vingts ans de vicissitudes – le bâtiment est en partie détruit pendant la Seconde Guerre mondiale – cet édifice de onze étages, auquel a été accolée une extension en 1978 baptisée la « Cité de l’Espoir », avait atteint ses limites. Des locaux de 12.000 m2 devenus vétustes et des dortoirs et sanitaires collectifs inadaptés.
 
En novembre 2015, après quatre ans de chantier mené par Vinci, la Cité de Refuge a rouvert ses portes. En amont, trois années ont été nécessaires pour définir le montage social, financier et juridique entre l’Armée du Salut, la fondation propriétaire du site, et Résidences sociales de France (RSF, groupe 3F), le bailleur social choisi comme maître d’ouvrage.
 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Vos commentaires

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.