Brèves

Plaidoyer pour la création d’une filière d’agriculture urbaine, de la production à la commercialisation

Tribune de Geoffroy Boulard, publiée sur le Huffington Post sous le titre original: « L’agriculture française doit investir… en ville »
Geoffroy Boulard est Conseiller de Paris (17e) et premier adjoint au Maire du 17e arrondissement (Les Républicains)

 
farm-2 (1)

La ferme Lufa de Montréal est l’une des plus grandes serres urbaines du monde

 
La crise profonde que traverse notre agriculture actuellement interpelle également les citadins. Si la production agricole a augmenté sous l’effet de la Politique Agricole Commune depuis près de 50 ans, les prix des denrées alimentaires ont été divisés, dans le même temps, par deux. Aussi, la part des agriculteurs dans la population active a considérablement baissé pour s’établir aujourd’hui à 3%. Et sur un plan économique, l’ouverture aux cours mondiaux des productions européennes, enclenchée depuis le début des années 2000, a exposé les agriculteurs à la concurrence internationale à laquelle ils n’ont pas été préparés par les dirigeants politiques et interprofessionnels.
 

Saisir l’opportunité de l’agriculture en ville


 
Ce constat difficile d’une agriculture en mutation ouvre malgré tout des perspectives d’innovation et de développement, auxquelles la ville doit contribuer. Il faut passer à l’action nonobstant les conservatismes et les stéréotypes; le développement d’une agriculture urbaine offre une occasion à ne pas rater!
 
En effet, la ville où résident aujourd’hui 80% des Français doit prendre sa part du défi agricole sans être opposée à la campagne. Pourtant, les initiatives prises par la Ville de Paris excluent pour le moment les agriculteurs conventionnels, et restent le fruit d’un entre-soi urbain, conduisant souvent à un verdissement urbain et non au développement structuré de zones de cultures en milieu urbain. Peut-on se satisfaire qu’en Ile-de-France, seuls 3,7 hectares en milieu urbain soient dédiés à la culture sur 73,4 hectares d’initiatives d’agriculture urbaine que comptent la région?
 
Comparaison n’est pas raison, mais force est de constater que la filière de l’agriculture urbaine a pris son essor dans le monde entier: près de Chicago, une ferme en étage permet la production de légumes sur 8300 m2 par le procédé de l’hydroponie. Faut-il citer -pour s’en convaincre- que la Brooklyn Grange à New-York est un potager sur toit de 10 000 m2?
 

Paris doit structurer sa filière d’agriculture urbaine


 
A Paris et notamment dans le 17e arrondissement, nous nous mobilisons déjà pour accompagner et soutenir les producteurs de nos terroirs qui contribuent à une alimentation saine et équilibrée: l’approvisionnement des cantines scolaires et des restaurants d’administrations est déjà à 50% durable…
 
Cliquez ici pour lire la suite de la tribune
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.