Brèves

En Tanzanie, un architecte libanais conçoit un village pour les enfants défavorisés

Article paru sur L’Orient Le Jour, sous le titre original: En Tanzanie, un architecte libanais conçoit le « village de l’enfance heureuse »
 
759_278_45470

Source: Action en Tanzanie, evaneos.com

 
C’est au pied du mont Meru, dans le nord de la Tanzanie, en pays massaï, que surgira de terre un village entier, baptisé Happy Childhood Village (village de l’enfance heureuse), destiné à accueillir des enfants défavorisés ou orphelins. L’engagement d’une vie pour Charles Debbas, l’architecte libanais concepteur du projet.
« Il y a quelques années, un de mes amis les plus proches, Georges Hatem, a perdu Philippe, son fils de 11 ans, dans un terrible accident, explique Charles Debbas à L’Orient-Le Jour. Il m’a alors parlé de son rêve de construire un petit village en Tanzanie en l’honneur de l’amour que portait Philippe à ce pays. » Charles Debbas, qui vit aux États-Unis, s’engage alors à concevoir pro bono ce village, en utilisant des techniques et matériaux de fabrication à la pointe de la technologie. Le projet sera financé par des donateurs privés du monde entier, démarchés par la branche américaine de la Happy Childhood Foundation, sous l’ombrelle de la Fondation Philippe Hatem pour une enfance heureuse
 

Sur un terrain offert par l’archidiocèse, le village comptera 40 maisons pour les enfants vulnérables âgés de 0 à 12 ans qui pourront suivre toute leur scolarité dans les écoles construites sur place. Le village bénéficiera également d’un hôpital de réadaptation, d’un gymnase, d’un terrain de football, d’un centre de vie avec une cafétéria et une salle de projection, d’un centre social, d’une église pouvant être utilisée comme mairie… Les travaux doivent commencer à l’automne et le village devrait accueillir les enfants à partir de début 2018.
 
La conception du village, inspirée par les traditions et l’architecture locales massaïes, est pensée pour durer et avoir une empreinte écologique minimale.
 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.