Brèves

Le blaze des bleds

Article paru sur Le Parisien sous le titre original: « INTERACTIF. Ile-de-France : votre bled, c’est quoi son blaze ? »
 

5597951_edts-surnoms-villes-idf-vecto-01_545x460_autocrop
 

De nombreuses villes de banlieue parisienne jouissent d’un surnom aux origines parfois mystérieuses. Popularisés par le rap, propagés sur Internet, de nouveaux sobriquets viennent s’ajouter aux plus anciens.
 
«Moi je suis de Boboche mais je vis sur Paname. Et oit ?» « J’habite au KB mais j’ai grandi à Gégenne.» Vous n’avez rien compris ? On vous fait la traduction : le premier locuteur vient de Bobigny (Seine-Saint-Denis) mais habite à Paris, le second vit au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) mais est originaire de Gennevilliers (Hauts-de-Seine).
 
Voici quelques exemples de surnoms dont sont affublées de nombreuses villes d’Ile-de-France — nous avons recensé quelque 150 communes à être ainsi dotées d’un sobriquet.
 
Certains sont anciens et bien connus, à l’instar de «Paname», vieux d’un siècle et chanté par Léo Ferré, Renaud ou Booba. Mais beaucoup d’autres sont plus récents, façonnés dans les cours de récréations ou les halls d’immeubles, popularisés par le rap et affichés fièrement par des cohortes d’ados sur leurs blogs et les réseaux sociaux. D’aucuns témoignent d’une inventivité débordante.
 
«Ce qui me frappe, c’est que les argotiers exploitent absolument tous les moyens pour forger de nouveaux mots, s’enthousiasme le linguiste Alain Rey face à ces surnoms. Ca montre que la morphologie du français est très vivante.»
 
Lisez la suite de l’article et découvrez la carte interactive ici!
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.