Brèves

Débauche, détente… les illustres lieux disparus de Paris

Article publié sur Le Bonbon sous le titre original: « Ces lieux emblématiques disparus de Paris »
 
Notre Paris, on l’aime et on ne le quitte pas. Seulement certains lieux mythiques de la capitale n’ont pas eu le choix et ont été rayés de la carte. Ils ont fait les beaux jours (et les grosses soirées) de la Ville Lumière : Maison Close, piscine Deligny, viaduc d’Auteuil… Tous ces spots disparus mais pas oubliés ont le droit d’être remis en lumière ici, pour se souvenir que Paris c’était mieux avant ? Mais non : « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». D’ailleurs, pour s’inspirer, on peut toujours aller dans certains de ces spots mythiques…
 

Chez Christiane


 
De cette maison close prisée des sados du XIXe siècle (ben quoi, on savait rigoler dans le temps), il ne reste aujourd’hui que la façade néo-gothique. Et c’est déjà pas mal. Un plaisir visuel pour nous et nos contemporains, et un autre plus charnel pour les Parisiens d’antan. Pour bûcher un peu, voici les lieux de débauche emblématiques de Paris.
 
sphinx-paris-e1448031198560
Chez Christiane
9, rue de Navarin – 10e

 

Le Chabanais


 
Le Chabanais, ce n’est ni plus ni moins que la maison close la plus hype de Paris, de sa fondation en 1878 à sa fermeture 70 ans plus tard. Décidément, le début des années 1900 était une période charnière en matière de fesses pour les Parisiens… La maquerelle ou tenancière de cette maison “avait” entre 20 et 35 filles pour assouvir les désirs d’une clientèle huppée et assez pointilleuse. Le roi d’Angleterre Edouard VII lui-même avait sa (superbe) chambre réservée et y traînait à chacun de ses passages à Paris en prétextant « une visite au président du Sénat ».
 
chabanais-e1448030879918
Le Chabanais
12, rue Chabanais – 2e

 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.