Portfolios

Liu Bolin, l’artiste qui se fond dans la ville

Liu Bolin est un artiste photographe chinois se servant de la disparition pour protester.
 

En 2005, le village de Suo Jia Cun, dans la banlieue de Pékin, est détruit et ses résidents expulsés par les autorités chinoises qui préparent les Jeux olympiques de 2008. Au cours de cet épisode, l’atelier de l’artiste est détruit, le privant ainsi de son espace de création et d’expression.
 
Sa série de photographies, « Hiding in the city », révèle un décor prenant le dessus sur le corps. Tel un caméléon, il se place, lui et des figurants, au milieu d’un environnement duquel il « disparait » afin de montrer les effets du développement économique et urbain sur les individus, une emprise silencieuse.
 
« Certains diront que je disparais dans le paysage ; je dirais pour ma part que c’est l’environnement qui m’envahit »
-Liu Bolin-
 
Il inaugure la série “Caché dans la ville” par son autoportrait : impassible, le visage inexpressif, les yeux fermés, il se confond avec les ruines de son atelier en signe de protestation silencieuse.
« L’illusionniste » entame ensuite un tour du monde urbain et se confond avec le paysage parisien, bruxellois, vénitien…
 
suojia-village-no2-2006-liu-bolin-1
 
86
 
108
 
109
 
106
 
116
 
98
 
104
 
84
 
95
 
75
 
17-74B

 
meat
 
128
 
paris-archives
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.