Brèves

Quand l’art est détruit par erreur

Article publié sur Le Monde sous le titre original: « Du street-art aux musées, ces œuvres détruites par erreur »
 
Le statut d’œuvre d’art est parfois fragile et, dans la rue comme dans les espaces muséaux, des pièces donnent régulièrement lieu à des situations absurdes, comme celle survenue à Reims en février. Florilège.
 

La brigade anti-tag de Reims efface une œuvre de C215 commandée par la mairie


commande-par-la-ville-le-tag-de-c215-a-ete-efface-par-les-services-de-nettoyage-de-la-ville_5550657
Le pochoir de C215 effacé par le service anti-tag de la ville de Reims. VILLE DE REIMS/C215

 

Mi-février, l’artiste urbain Christian Guémy, alias C215, réalisait dans les rues de Reims quatre œuvres au pochoir. Pour cette commande, qui annonce la rétrospective que la ville doit lui consacrer au printemps, il avait opté pour trois créations aux couleurs vibrantes et un portrait en noir et blanc d’un enfant assis dans un coin du transformateur électrique lui servant de support. C’est précisément cette œuvre plus discrète qui a fait les frais de la brigade anti-tag de la ville, une dizaine de jours plus tard. Aussitôt disparu, le mutique enfant a en revanche fait grand bruit : l’affaire, relatée à la Une du quotidien local L’Union – L’Ardennais du 27 février, a été largement reprise dans les médias nationaux et internationaux. Les services de la mairie se sont excusés et l’erreur a finalement été réparée dès le lundi : le graffeur parisien est revenu peindre son boudeur au même endroit, près de l’hôtel de ville.
 

Une fresque de Jace, originaire du Havre, repeinte par la ville


4874618_6_55f0_une-fresque-collective-et-humoristique-sur-le_de67b601287ed1e9296bf0c17d136be9
Une fresque collective et humoristique sur le thème de « Star Wars » au Havre. JACE/DAN23

 
C’était en octobre 2015 au Havre : une fresque collective et humoristique sur le thème de Star Wars, réalisée par les street-artistes Jace, qui a grandi dans la ville, et le Strasbourgeois Dan23, avait été repeinte en blanc par les services de nettoyage municipaux. Cette œuvre, créée sur le mur d’un collège, « n’avait pas été signalée à la ville », avait justifié la mairie, qui reconnaissait néanmoins qu’elle avait été effacée « par mégarde ». Les artistes avaient l’accord du collège, dans l’enceinte duquel ils avaient également peint. Après ce raté, relayé sur les réseaux sociaux et dans la presse, la ville avait présenté ses excuses aux graffeurs. Revenu au Havre en décembre 2015 à l’occasion d’une exposition de son travail dans une galerie, Jace a doté ses rues de nouveaux Gouzous, ces facétieux petits bonhommes jaunes sans visage qui sont sa marque de fabrique.
 

Des oiseaux satiriques de Banksy effacés en période électorale en Angleterre


4874614_6_92fe_ce-graffiti-de-banksy-a-ete-efface-le-1er_5d6c9cfb9eba567abc6fba2b0733a4ea
Ce graffiti de Banksy a été effacé, le 1er octobre 2014, par le service propreté de la ville de Clacton-on-Sea, dans le sud de d’Angleterre. AP/BANKSY

 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.