Brèves

A Colmar, la mairie bride la créativité florale des commerçants

Article paru sur DNA sous la titre original: « La Ville, arbitre du bon goût ? »
 
la-reglementation-des-decorations-florales-de-l-espace-public-se-doit-d-etre-coherente-photos-dna-laurent-habersetzer-1456508561

Source: DNA, © Laurent Habersetzer

 
Depuis le 1er janvier, les décorations florales installées sur le domaine public doivent répondre à un cahier des charges et être validées par la municipalité. La mairie de Colmar a fait parvenir la nouvelle charte aux commerçants fin 2015. Les réactions sont mitigées.
 
Il n’y a pas si longtemps, les commerçants pouvaient librement mettre en place des décorations florales devant leurs échoppes, sur l’espace public. Il leur en coûtait alors de 60 € pour un pot de fleurs à plus de 150 € pour deux pots. Sans compter le contenu floral qui était évidemment à leur charge.
 
Fin 2015, la mairie de Colmar a validé une nouvelle charte des décorations florales et potées fleuries. Les dispositions de ce texte, qui concerne tous les « commerces, en dehors des bars et restaurants disposant déjà d’une surface de terrasse sur le domaine public », détaille cette charte, imposent de faire tout d’abord une demande écrite à la Ville. Celle-ci doit être « accompagnée d’une ou plusieurs photos » pour « toute occupation du domaine public par l’installation de décoration florale ».
 
La charte met par ailleurs l’accent sur le fait que le projet devra répondre à des exigences « et sera analysé dans le cadre de l’esprit de fleurissement de la ville de Colmar mis en œuvre par le service des espaces verts ».
 
« Je ne vais pas perdre du temps à photographier mes productions et à les envoyer à la Ville ! »
 
Avant de se plier à ces exigences, le commerçant doit présenter son projet au service de gestion du domaine public. Et lui faire parvenir un dossier pour expliquer ce qu’il compte mettre en place en joignant des photos « précises et détaillées du projet implanté dans son environnement ». Il doit aussi énoncer les plantes utilisées, celles en plastique, toxiques et/ou piquantes étant « interdites ». Enfin, la couleur blanche est bannie pour les contenants.
 
Si le projet est accepté, une redevance est alors appliquée. Le commerçant ne peut installer que deux décorations florales, chacune coûtant 15,45 € par an.
 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.