Brèves

La ville au cinéma, selon Olivier Mongin

Article publié par Libération sous le titre original: « La ville au cinéma, miroir de notre histoire urbaine »
 
550504-metropolis-fritz-lang

Une image du film «Metropolis», de Fritz Lang. Photo MK2 diffusion

 
Dans son livre la Ville des flux (ed. Fayard), Olivier Mongin accorde une large place aux représentations de la ville sur grand écran. Au fil des époques, les films évoqués racontent la ville, l’habitat, la circulation, la rencontre avec l’autre… Mais jamais de la même façon, reflétant les peurs et aspirations d’une époque et d’un réalisateur. Extraits.
 

Metropolis (1927) et M le Maudit (1951), de Fritz Lang


 
«Quand elle n’est pas perçue comme un foyer anarchique et criminel, la ville est considérée comme froide, abstraite, mensongère, inauthentique, comme si la machine industrielle et ses fourneaux en étaient les seules matrices. Les deux films de Fritz Lang mettent en scène ce procès en visant successivement l’envers et l’endroit de la ville».
 
Regardez la bande-annonce de Metropolis :



 

Drive (2011) de Nicolas Winding Refn


 
«Ce sont la rapidité et l’accélération – ce qui vaut pour la perception des paysages vaut pour la finance robotisée – qui modifient le rapport au monde, au risque de le « gripper », et de faire perdre toute forme de lien avec la réalité habitée et habitable».
 
Regardez la bande-annonce de Drive :



 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.