Récits

Le nomadisme, le propre de l’humain ?

Article paru sur Influencia sous le titre original : »Mobilité : nous sommes désormais tous des nomades ! », par Benjamin Adler
 
actu_5783_image2012rectangle_petite

Source: Influencia

 
La mobilité est devenue bien plus qu’un simple déplacement : c’est aujourd’hui un état d’esprit, un rapport à la conscience de soi. Le tout digital est passé par là. Dans une étude, BETC analyse les transformations de notre rapport au temps et à l’espace.
 
Connaître le consommateur, s’immiscer dans son for intérieur, anticiper ses envies, répondre à ses demandes, analyser ses comportements : pour les marques le défi est quotidien et requiert pour certaines des ajustements culturels et fonctionnels. Prochainement, INfluencia se penchera sur l’avènement d’une nouvelle ère de services intelligents, décrit par le cabinet de conseil en design et innovation Fjord, entité d’Accenture Interactive, dans son rapport « The Era of Living Services ». L’omnipotence du digital dans notre quotidien implique des changements devenus le premier moteur de l’innovation. Dans ce contexte, la mobilité connait de profondes mutations. La transformation de notre rapport au temps et à l’espace méritait bien une étude et Havas Worldwide avec BETC s’y est collé. Intitulée «The Modern Nomad : connect me if you can », elle a été menée auprès de 10131 personnes dans 32 pays dont la France.
 
« La mobilité ce n’est plus seulement aller d’un point A à un point B, elle est devenue bien plus qu’un simple déplacement. La mobilité d’aujourd’hui est un état d’esprit et un rapport à la conscience de soi, résume l’auteur. Les acteurs traditionnels de la mobilité sont challengés par des marques « digital natives » qui investissent la mobilité avec des valeurs qui leur sont propres : l’agilité, la fluidité, la flexibilité, la capacité à donner les moyens aux gens de maîtriser leur environnement… À cet égard, les marques technologiques et digitales apparaissent bien plus essentielles aux yeux des consommateurs ». Ainsi, 60% des consommateurs mondiaux seraient contrariés si Google ou Samsung disparaissaient demain alors que 20% seulement s’inquiètent de l’extinction éventuelle d’Air France ou de Easy Jet…
 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.