Portraits

Le mouvement « Incroyables comestibles » transforme l’espace public en jardin potager et distribue gratuitement les produits aux passants

Article publié sur le blog de « La Ruche qui dit oui » sous le titre original : Incroyables comestibles, servez-vous c’est gratuit !
 
c401_incredible_edible_todmorden_france_bretagne_finistere_pluguffan_incroyables_comestibles_w1400

Source: le blog de « La ruche qui dit oui »

 
Il pousse comme le trèfle au printemps. De Melbourne à Moscou, le mouvement Incroyables comestibles convertit l’espace public en jardins potagers. Chaque jour, de nouveaux citoyens rejoignent le mouvement et offrent leur production légumière aux passants. Dans sa Bretagne natale, Amélie a rencontré les groupes locaux.
 

« Sous les pavés, l’abondance partagée », tel aurait pu être le slogan de cette révolution que portent les Incroyables Comestibles. « Imaginez un monde de paix où chacun mange à sa faim. Un monde où l’entraide et la gentillesse sont la règle commune. Un monde où votre enfant n’a plus à s’inquiéter pour demain. Un monde où, vous-même, vieillissant, ne vous faites plus de souci quant à ce que vous aurez à manger demain. Ce monde, c’est celui des femmes et des hommes qui se sont engagés avec les incroyables comestibles. C’est un monde où l’on crée l’abondance par le partage. »
 
Le mouvement a vu ses premiers bacs partagés outre Manche à Todmorden, petite ville anglaise située à 27 km de Manchester. Dans cette bourgade de 14 000 âmes, ne soyez pas étonné de découvrir au coin d’une rue, devant le commissariat de police ou sur les gazons de l’hôpital des petits panneaux indiquant « Food to Share », traduisez « Nourriture à Partager ».
 
En effet, dès 2008, les habitants ont transformé l’espace public en jardins potagers où chacun plante et cultive pour tous afin de créer l’abondance partagée. « Les citoyens de Todmorden ont décidé d’opérer un retournement à 360 degrés, expliquent les responsables du mouvement. Ils ont changé de regard. Ils ont acté ensemble qu’ils n’étaient plus les victimes du chaos extérieur, mais qu’ils étaient les créateurs de leur réalité. Ils ont transformé leur espace public en jardin potager où chacune et chacun plante et cultive pour tous. Avec l’invitation : prenez, servez-vous, c’est gratuit ! »
 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.