Brèves

A Munich, « l’AMAP du miel » sauvera-t-elle les abeilles?

Article paru sur We Demain sous le titre original: Pour sauver les abeilles, ils créent « l’Airbnb du miel »
 
ruche-en-ville

source: la ruche en ville

 
En mettant en contact les apiculteurs amateurs et les consommateurs, les fondateurs allemands de la plateforme collaborative Nearbees veulent lutter contre l’importation de miel contenant des OGM ou des pesticides et les émissions de carbone qu’elle génère. Des facteurs responsables, en partie, du déclin des abeilles.
 
« L’Airbnb du miel. » C’est la façon dont se présente Nearbees , une jeune start-up allemande qui met en relation consommateurs et apiculteurs locaux à partir d’une plateforme web gratuite.
 
Lancée en août 2014 par quatre amis dans l’agglomération de Munich, en Bavière, elle entend lutter simultanément contre trois problèmes : l’extinction des abeilles, les émissions de carbone dues à l’importation du miel et l’utilisation d’OGM et de pesticides dans sa production.
 

Baisse de production, regain de consommation


 
Vaste programme à l’heure où la production européenne de miel diminue d’année en année, alors même que sa consommation augmente. En Allemagne, le pays le plus gourmand en miel au monde avec 1,2 kg annuels consommé par habitant (contre 600 grammes en France), 98 % des pots vendus dans les supermarchés sont issus de l’importation. Crémeux ou liquide, des montagnes ou aux fleurs, le nectar de grande surface est en fait principalement issu d’Amérique du Sud et de Chine.
 
« Le marché de l’apiculture allemand est très petit par rapport à sa demande, et les apiculteurs allemands pratiquent cette activité par loisir principalement, faute de moyens pour lutter contre les multinationales du miel », raconte Viktoria Schmidt, l’entrepreneuse et designer à la tête de Nearbees.
 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.