Brèves

A Grenoble, des « machines à poèmes » vous aident à patienter dans l’espace public

Image via New York Daily News

Image via New York Daily News

Le maire de Grenoble, du parti EELV, n’en est pas à son premier coup d’essai. Eric Piolle avait annoncé, lors de sa campagne, ne pas renouveler le contrat de la ville avec JCDecaux. Résultat : 326 panneaux dont 227 « sucettes », 20 colonnes, et 64 grands panneaux de 8 mètres carrés, ont été arrachés des rues, pour un total de 2 051 mètres carré d’espace publicitaire en moins. Une première pour une grande ville européenne !
 
En remplaçant les panneaux publicitaires par un affichage “libre, culturel et municipal” ou bien par la plantation d’arbres, cette réforme met ainsi un terme à la privatisation omniprésente et intempestive des murs par les marques.
 
Depuis peu, le maire écologiste s’est attaqué à un deuxième vice de la société contemporaine : l’adoration des écrans. Se basant sur le même principe que celui des pianos disposés dans les gares, Eric Piolle a mis en place des « machines à récits » afin d’accompagner intelligemment l’attente des grenoblois. Plus question de Candy Crush, de Tinder ou de Facebook ici. Des boitiers vous délivrent, sur des tickets de caisses, des histoires courtes et autres poèmes.
 
En revanche, vous ne pourrez pas choisir de lire Verlaine, Baudelaire ou Mallarmé. La seule marge de manoeuvre concédée aux usager est le choix de la durée de la lecture: 1, 3 ou 5 min. Une fois que vous aurez appuyé sur le bouton de votre choix, advienne que pourra… quant à la teneur de votre narration.
 
Ce projet municipal, en partenariat avec la maison d’édition Short Edition, devrait tout de même offrir aux « lecteurs publics » une certaine qualité d’écriture. Qui plus est, contrairement aux distributeurs de barres chocolatées ou autres jukebox urbains, le « produit » est gratuit, et… impérissable !
 

Image via RT

Image via RT


 
Image via TechOdyssey

Image via TechOdyssey


 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.