Brèves

Des maisons écologiques et démontables pour les expulsés du bidonville de la petite ceinture ?

Article paru sur Libération sous le titre original : « Le contre-projet d’un architecte pour éviter l’expulsion d’un bidonville »
 
-e1452087025173

©LPJ.V.

 
Olivier Leclercq a imaginé avec les habitants d’un campement du nord de Paris, qui commencent à être évacués ce mercredi, la construction d’un village de maisons écologiques, à ses yeux plus efficace pour l’insertion à long terme.
 
C’est le plus grand bidonville de Paris. Le campement de la porte de Clignancourt, où vivent plus de 300 personnes principalement roms, devrait être démantelé mercredi, ou au plus tard dans la semaine. Tous les habitants se savaient en sursis depuis septembre : la justice, saisie par SNCF Réseau, le propriétaire de ce terrain de la «petite ceinture», a ordonné leur expulsion. Quant à la mairie du XVIIIe arrondissement, elle considère que le lieu est «dangereux», notamment en cas d’incendie. Olivier Leclercq, de l’agence Air Architectes, s’inquiète de cette probable expulsion, qu’il juge contre-productive. Avec les habitants du bidonville, il a imaginé un contre-projet, qu’il décrit à Libération.
 

Que défendez-vous pour les habitants du bidonville de la porte de Clignancourt ?


 
Notre projet concerne 250 personnes, une soixantaine de familles, qui se sont organisées en association, baptisée «Les bâtisseurs de cabanes». Il s’agit de l’autoconstruction d’un village de maisons écologiques démontables, en lien avec une entreprise de réinsertion. L’idée, c’est que les habitants soient acteurs de leur relogement. Ce ne sont pas des cabanes, mais bel et bien des maisons aux normes, isolées, chauffées avec un système de pompes à chaleurs, et construites avec des matériaux fidèles au développement durable. Cela tient la route. Ce projet ne présente pas de difficulté technique, mais pour l’instant, on n’a pas terrain.
 

Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.