Brèves

SolarWind, une oeuvre monumentale de «météorologie de l’espace» à l’échelle du Grand Paris

Article paru sur Le Figaro sous le titre original : »SolarWind de Laurent Grasso, soleil couchant sur le périph » par Valérie Duponchelle.
 
NOUS Y ÉTIONS – L’artiste français, Prix Marcel Duchamp 2008, a créé une installation lumineuse monumentale sur les «Silos 13», à la frontière de Paris et Ivry. Une oeuvre pérenne qu’un million d’automobilistes croiseront chaque jour. Rencontre in situ avec une concentration de cerveaux.
 
XVM023e7974-c115-11e5-93b3-8be0ab5a06b3-805x533

©François Bouchon

 
Non, ce n’est pas un mirage, c’est bien Paris qui flamboie. Les Parisiens qui dévalent le périphérique entre la porte de Vitry et le quai d’Ivry verront, à partir de lundi soir, s’allumer comme un feu incandescent les deux silos cylindriques qui sont dans l’axe de l’avenue de France (XIIIe»).
SolarWind est une œuvre monumentale et pérenne de l’artiste français Laurent Grasso, Prix Marcel Duchamp 2008, déjà à l’œuvre avec une métamorphose sensorielle, The Horn Perspective, sa sculpture cosmique et sonore exposée à l’été 2009 à l’Espace 315 du Centre Pompidou.
 
Haut de 40 mètres, chaque silo en béton des Ciments Calcia mesure 20 mètres de diamètre (à multiplier par Pi pour avoir le périmètre!).
L’oeuvre de Laurent Grasso s’y déploie miraculeusement sur une hauteur de 30 m, soit au-dessus du périphérique qui voit passer plus d’un million d’automobilistes par jour.
C’est, à l’évidence, une des plus importantes oeuvres en commande publique à l’échelle du Grand Paris. La première œuvre pérenne de Laurent Grasso dans l’espace public.
 

Entre chien et loup


 
La prochaine construction d’une passerelle piétonne entre le XIIIe arrondissement parisien et Ivry-sur-Seine augmentera encore le nombre de spectateurs.
 
Jeudi soir, entre chien et loup, juste avant le crépuscule, l’artiste avait investi les étages du 34 rue Bruneseau (XIIIe) qui donne une vue panoramique sur ce nouveau paysage urbain revendiqué par le nouveau quartier Paris Rive Gauche et son opération d’aménagement de 130 hectares dans le XIIIe arrondissement.
A l’initiative de la mairie de Paris, de la SEMAPA (Société d’Etude, de Maîtrise d’ouvrage et d’Aménagement Parisienne, présidée par Jérôme Coumet, maire du XIIIe) et de Ciments Calcia, l’artiste français Laurent Grasso a été choisi pour intervenir sur l’architecture conçue par Franck Vialet. Formé à l’Université de Sydney, puis à l’Ecole d’Architecture de Versailles, proche du duo franco-néo-zélandais Jakob+MacFarlane, puis de Jean Nouvel, il est le co-fondateur de VIB Architecture en 2002 avec Bettina Ballus.
 
Comment la «météorologie de l’espace» trouve-t-elle sa place, aujourd’hui, dans l’espace urbain?
«J’ai toujours des idées dans mes tiroirs», nous répond simplement Laurent Grasso, artiste né en 1972 à Mulhouse, qui vit et travaille à Paris et New York.
 

Quatre ans de travail et d’expérimentations


 
«Il y a eu un appel à candidatures pour transformer ces deux silos à béton et en béton, et j’ai répondu», dit-il. «J’ai proposé de créer un baromètre de la météo de l’espace, d’utiliser des formes et des lumières que j’ai définies pour informer sur l’activité solaire en temps réel. J’ai donc apporté mon projet SolarWind, il a été reçu. Puis, nous avons travaillé quatre ans pour le réaliser. C’est un «process» très compliqué car il a fallu tout inventer, notamment les panneaux de LED qui permettent de diffuser la lumière sur les silos et dont les optiques ont été spécialement moulées pour mon projet. Arriver à avoir cette intensité lumineuse sur une telle surface et une telle hauteur est un exploit technique. Objectif? Que l’on puisse voir le projet, le plus loin possible».
 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.