Récits

A Copenhague, des places se transforment « jardins d’eau » lors d’épisodes pluvieux

Il y a à peine quelques années, la place Tåsinge Plads était recouverte d’asphalte et servait de parking. Aujourd’hui, elle est la pierre angulaire d’un plan d’aménagement visant à faire du quartier de Saint Kjelds un des plus résilient au changement climatique du monde.
 

À première vue, il s’agit d’une place banale, avec des gradins, des allées pavées et des poches de verdure. Mais lors d’épisodes pluvieux, les parterres plantés se gorgent d’eau et drainent le ruissellement des pluies. De grandes sculptures en forme de parapluies renversés recueillent l’eau pluviale pouvant servir, une fois la pluie passée, à alimenter les plantations. Cet aménagement paysager intelligent dirige qui plus est les eaux pluviales vers de grands réservoirs de stockage d’eau souterrains. Au-dessus, des dalles flottantes captent l’énergie des pas afin d’actionner un système de pompage.
 

image : dejligedays.com

image : dejligedays.com

Image : skyscrapercity.com

Image : skyscrapercity.com

Le danger d’inondation est le fait de précipitations à l’origine des crues et des débordements des égouts, phénomènes qui s’amplifient régulièrement avec le dérèglement climatique. L’urbanisation galopante et l’augmentation des surfaces imperméabilisées réduisent l’infiltration naturelle des eaux pluviales. Ainsi, en ville, seulement 15% des précipitations pénètrent dans le sol et l’évacuation des 3/4 restants sont au cœur des préoccupations urbaines.
La majorité des eaux de pluie sont recueillie par le réseau des eaux usées, mais, en cas de précipitations importantes, le ruissellement des eaux pluviales peut gonfler les affluents et provoquer le débordement des bouches d’égout. Le principal enjeu: parvenir à ralentir l’arrivée de l’eau dans les canalisations pour éviter leur saturation ou encore, la gérer au plus près de l’endroit où elle tombe… La solution réside dans la nature du sol. Un sol poreux assure une infiltration naturelle de l’eau plus lente que lorsque celle-ci glisse sur des « toboggans » d’asphalte. L’eau peut ainsi réapprovisionner les nappes phréatiques ou être stockée dans des réservoirs assurant sa redistribution à la végétation urbaine.
 
Plus de parcs comme celui-ci sont en cours de construction à Copenhague pour permettre la création de «petits étangs » durant les épisodes pluvieux. Le plan se base sur la vision déployée par les architectes paysagistes Tredje Natur. Comme à Rotterdam ou à Philadelphie, leur regard appréhende la pluie comme une ressource et non comme une intempérie dévastatrice. Ces espaces hybrides, ces jardins d’eau, ont l’avantage de conférer à l’espace une valeur, quelque soit la situation. A sec, en places, ou immergés, en étangs, ces espaces participent à l’amélioration du confort des citadins en apportant une valeur récréative à un aménagement technique.
 
BALLCOURT-6-648x324
 
MULTI-COURT-WET-648x324
 
WATERGARDEN-6-648x324 Le projet Enghave parken aura des espaces pouvant accueillir des manifestations sportives par temps sec et se remplir d’eau lors de fortes pluies ( COWI , Tredje NATUR et Platant )
 
L’engagement communautaire est également au centre de ces projets, où les utilisateurs sont impliqués à chaque étape du processus de réaménagement. Lorsque le projet de Tåsinge Plads a commencé en 2012, plus de 10.000 personnes ont participé à 170 initiatives menées par les citoyens de la région. En construisant des jardins communautaires et des projets d’art dans l’espace précédemment délaissé, la communauté a commencé à façonner l’avenir de la place en lui apportant une certaine signification.
 
Cette approche holistique, plaçant le citoyen au cœur de l’évolutivité de sa propre ville, favorise l’appropriation locale de l’espace public, tout en assurant l’amélioration de la qualité de vie et la protection des citadins face aux forces imparables du changement climatique.
 
Un système de trame verte et bleue que Paris ferait bien de suivre, quand on sait que la menace d’une crue centennale plane sur la ville.
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.