Portfolios

Des images de synthèse vous dévoilent le visage de Paris au Moyen-Age

« Le Louvre, l’Hôtel de Ville ou Notre-Dame présentaient des visages différents au Moyen Age. Voici des images de synthèse, signées Grez productions, qui permettent de découvrir la ville de Paris telle qu’on ne l’a jamais vue. »
 
 
 

Le Palais de la cité


1501633-le-jardin-du-roi
 

 

 
 

Le plus grand bâtiment de l’île de la Cité, le Palais de la cité, accueille aujourd’hui le palais de Justice.
Son origine remonte à la conquête de la Gaule par les Romains en l’an 52 avant notre ère. D’abord palatium -palais pour le gouverneur de Lutèce-, il devient la résidence parisienne des rois mérovingiens après que les Francs aient envahi la Gaule.
 
Il faut attendre la fin du Xe siècle pour qu’un souverain s’y installe de façon permanente. Robert II le Pieux, le deuxième roi capétien, fait reconstruire le palais en l’agrémentant de la chapelle Saint-Nicolas et du « jardin du roi ».
 
Sous Louis IX, la chapelle est rasée et remplacée par la Sainte-Chapelle, destinée à accueillir les reliques du Christ rachetées à Baudouin de Constantinople. Le roi érige également la tour des Réformateurs. Cette salle de torture fut plus tard rebaptisée la « tour Bonbec ». La Grand’Salle de Philippe IV le Bel, jadis décorée de quarante-deux statues des rois, est aujourd’hui le hall d’entrée de la Conciergerie.
 
Sous Charles V le palais fut déserté par les rois et rebaptisé Conciergerie. La première horloge publique de Paris est installée sur sa façade, à l’angle du boulevard du Palais et le quai de l’Horloge. On peut encore admirer le joyau aujourd’hui.
 
 

Le pont au Change


 

 

Sous le règne de Charles le Chauve, le Grand-Pont, par opposition au Petit-Pont, franchit le grand bras de la Seine entre l’île de la Cité et la rive droite. Reconstruit après une crue dévastatrice, il est rebaptisé le pont au Change et s’accompagne d’un deuxième pont tout proche, le Pont aux Meuniers.
 
A l’époque, à la manière du Ponte Vecchio de Florence, les ponts parisiens étaient habités et construits de sorte qu’il était parfois impossible de voir l’eau. Le pont au Change doit son nom aux boutiques de joailliers, d’orfèvres et de changeurs qui contrôlaient et régulaient les dettes des communautés agricoles pour le compte des banques en formant un front bâti.
 
 

Le petit châtelet


 

 

 
 

Les accès aux deux ponts qui reliaient l’île de la Cité aux berges de la Seine, furent protégés dès le IX° siècle par deux châtelets, d’abord en bois, puis en pierre. Le Grand Châtelet protégeait l’accès au Grand Pont (l’actuel pont au Change) et le Petit Châtelet protégeait l’accès au Petit-Pont.
 
Leur construction entre dans le cadre de la politique de protection de la ville menée par Charles le Chauve contre les incursions Normandes. Les remparts romains sont restaurés, les ponts fortifiés et leurs piliers resserrées pour empêcher le passage des barques.
 
En 1369, sous Charles V, le petit châtelet est reconstruit tel un réel petit fort et sert plus tard de demeure au prévôt puis de prison d’État. C’est à cet endroit qu’étaient perçus, du temps de Louis IX, les droits d’entrée des marchandises qui arrivaient dans la cité.
 
 

L’Hôtel Dieu


 

 
L’Hôtel-Dieu est fondé en 651 et représente de ce fait le plus ancien hôpital de la capitale. D’abord lieu de charité, puis lieu de bienfaisance, il n’endosse sa fonction d’hôpital (pratique de la médecine, enseignement et recherche médicale), qu’à la fin du XIX° siècle.
 

La cathédrale Notre-Dame de Paris


1501556-plusieurs-couleurs-pour-notre-dame-de-paris
 
Les auteurs de cette image de synthèse précisent : « Notre-Dame était vraisemblablement polychrome mais l’on est hélas incapable aujourd’hui de déterminer de quelle manière. Les couleurs et les parties peintes ne sont donc ici qu’une vue d’artiste. »
 
Avant les travaux voulus par le baron Haussmann lors des transformations de Paris sous le Second Empire, la cathédrale ne possède pas de parvis. Sa mise en place engendrera la démolition de maisons à colombages datant du xve siècle, de l’église Sainte-Geneviève-des-Ardents, ainsi que de l’ancien Hôtel-Dieu. Les contours de ces bâtiments sont aujourd’hui matérialisés au sol par des pavés de couleur claire.
 

La Place de Grève


 
1501687-colombages-autour-greve
 
1501584-un-plus-petit-hotel-de-ville
 

La place de Grève, devenue en 1803 place de l’Hôtel de Ville, accueille la « maison aux piliers », siège de la municipalité parisienne. Cet espace de fêtes et d’exécutions abrite alors un port commercial important.
 
Sous le règne de François Ier, la « maison aux piliers » est substituée par un nouvel édifice conçu par l’italien Dominique Boccador: l’Hotel de Ville, achevé seulement en 1628. Devenu le siège de la préfecture de la Seine, il abritera le préfet Haussmann dès 1853, celui-là même qui modifiera la physionomie de la place.
 
 
 

Vos commentaires

  • Formidable ! Si seulement la machine à remonter le temps pouvait exister, je serais volontaire pour découvrir le passé… quelle richesse toute notre culture en découle !

    • Par contre je te déconseille de dire un mot car ils ne vont rien comprendre et tu risques de finir sur le bucher !

    • rideg gyorgyi a dit :

      surtout pas! Heureusement y’a pas de machine à remonter le temps!!!!! Le passé n’a pas été si beau comme toutes ces images du synthèses!!!!!! Non, non, non!!!!! Réfléchie bien!!!!!

    • Cela m’etonerai beaucoup si vous aimairies ce temps la. Ils n’avaient pas les merveilles que nous avons aujourdhui a qui nous ne pensons meme. C’est bien bon d’imagine; c’est tout diferent d’y etre!

  • Hugues Moreau a dit :

    Pas mal d’anachronismes dans ces reconstitutions et notamment une erreur fondamentale : le manque de couleurs, le manque d’images. Parfaite transposition d’une morgue contemporaine qui n’a rien à voir avec le Moyen Age.

    • Des Roches a dit :

      Anachronismes ? Lesquels ? (Je suis curieux.)
      Manque de couleurs, d’images ? (Là aussi, je suis curieux.)

  • C’est quoi ces graphismes de 1995 ? Même dans un jeu vidéo comme Assassin’s Creed Unity où c’est de la 3D temps réel c’est plus réaliste. Et qui achète encore des DVD à part les personnes du 3ème âge ?

    Une expérience interactive avec la possibilité de se promener librement dans la ville (comme dans un musée), voire avec un support VR serait bien plus intéressante à mon avis.

    • si ca ne te plait pas personne ne t’oblige a regarder !!!
      vas faire mumuse avec tes « jouets »

  • Pierre Pointud a dit :

    Qu’ importe le temps puisque nos yeux voient l’espace d’aujourd’hui et nous ravissent pleinement. Bravo et grand merci. Pierre

  • Helen Vaz a dit :

    La tour des Reformateurs, cette « salle de torture »… après tous les efforts des médievistes sérieux, on continue avec les superstitions modernistes qui tordent la langue pour perpetuer les idéologies.

  • ça fait du bien de remonter le temps. Maintenant grâce à cela je connais déjà un peu mieux l’évolution qu’a subit notre chère capitale. Merci

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.