Brèves

A Copenhague, les chauffeurs de bus apprennent l’Aïkido pour faire face aux situations de crise

rosheim_aikido_michel_erb_office_tourisme
 
Insultes verbales, crachats, agressions à main nue ou à main armée… s’ajoutent au stress de transporter de nombreux passagers, de percuter un piéton ou d’être parfois pris dans les embouteillages des heures durant. Conducteur de bus est un métier notoirement stressant.
 
Un certain nombre d’études révèlent l’impact d’un tel métier sur sa santé. Chez ces routiers des villes, elles dévoilent un taux d’hypertension, un risque de tendinite, de maladies articulaires et cardiovasculaires ainsi qu’une chance de devenir handicapé… bien plus élevé que sur le reste de la population. Les accidents du travail se multiplient, les arrêts maladie et les grèves aussi.
 
Or le transport public est un service rendu aux citoyens d’une ville. Le chauffeur se doit d’être souriant, calme et tolérant. Afin d’améliorer cette situation à première vue inextricable, la compagnie de bus danoise Arriva est en train de tester l’initiation de ses pilotes au sport de combat. 80 chauffeurs aux itinéraires à risque ont été choisis pour suivre des cours d’Aïkido. Cet art martial japonais, considéré comme la concrétisation du concept de légitime défense, utilise la force de l’adversaire, son agressivité et sa volonté de nuire pour réduire sa tentative d’agression à néant. La maîtrise de ses nerfs, de son souffle et de ses « énergies » sont enseignés au travers de ce sport spirituel, ainsi que la perte du sentiment de lâcheté lorsque l’on choisi de ne entrer en conflit. Ainsi, en donnant aux pilotes les outils pour faire face à des situations de stress, la pratique de ce sport devrait améliorer leur quotidien.
 
Des aides gouvernementales ont permis à la compagnie de transport d’offrir les premiers cours à ses employés, mais à l’avenir, le groupe compte sur des financements publics plus conséquents pour pouvoir poursuivre et généraliser cette pratique. Une idée à tester également en France, pour compléter les services du GAT, les « gros bras censés tenir secours aux chauffeurs de bus ».
 


 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.