Brèves

Sous les projecteurs de la honte

A Marseille, plus qu’ailleurs, les automobilistes ont coutume de se parquer à l’ « arrache ». Dans la plupart des rues, les trottoirs, réduits comme peau de chagrin, permettent à peine à deux jambes de passer. Mais c’est surtout les places handicapées qui sont prisées par les conducteurs, prétextant ne s’y garer que l’espace de quelques minutes.
 
Philippe-Echaroux-incivilite-handicap-720x404
 

Pour dénoncer cette incivilité, l’artiste Philippe Echaroux a voulu les prendre la main dans le sac. Perché du haut d’une fenêtre, il filme les malotrus persuadés de ne pas être vus, et projette en lettres immaculées « l’incivilité est elle un handicap? ». L’humiliation provoquée chez le chauffeur devrait le faire réfléchir à deux fois avant de recommencer. Entre caméra cachée et street art, cette performance requestionne le civisme et le partage de l’espace publique, de façon égalitaire et respectueuse.
 

Philippe Echaroux – L'incivilité est-elle un handicap ? from JC Pieri on Vimeo.


 

Ancien éducateur spécialisé, l’artiste avait déjà abordé la question du handicap au travers de son oeuvre intitulée Life is wonderfull, afin de sensibiliser au combat que représente d’affronter le quotidien pour les personnes handicapées.
 
philippe_echaroux_artiste_50_hexacoffre
 

Fervent adepte des projections lumineuses, sous formes de photographies ou de lettres dégoulinantes rappelant le graffiti, Philippe Echaroux s’attaque à la liberté d’expression ainsi qu’à la dénonciation de nos modes de vie individualistes et supra-connectés. Récemment, c’est de la dénonciation de l’incivilité dont il s’est emparé.
 
XVM5895fa3c-a28d-11e5-8fb9-6101e371fda1
 
painting-with-ligths-Philippe-Echaroux-26
 
painting-with-ligths-Philippe-Echaroux-23
 
Capture d’écran 2016-01-11 à 14.29.47
 
Philippe Echaroux - Painting With Lights - Ile de la Cité 9 Octobre 2014
 
painting-with-ligths-Philippe-Echaroux-20
 

Préférant l’humour au vandalisme, de nombreux autres anonymes déploient des stratégies dignes de « happenings » pour sensibiliser à la cause handicapée. En France, le slogan « Si vous prenez ma place, prenez aussi mon handicap » a traversé le pays, au Brésil, un automobiliste garé sur une place réservée aux handicapés retrouve sa voiture couverte de post-il bleus et blancs dessinant le logo d’un fauteuil roulant, dans les parkings moscovites, un hologramme représentant une personne paraplégique apparait chaque fois qu’une voiture non autorisée s’apprête à prendre une place réservée, à Lisbonne, une association recouvres les places de stationnement du centre ville d’une soixantaine de fauteuils roulants en laissant le message suivant : « Je reviens tout de suite »…
 



 
Une nouvelle forme d’art déployé dans l’espace public qui en humilie certains, et en dissuade d’autres.
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.