Brèves

Du télésiège à ski au funiculaire urbain

Article paru sur France Info, sous le titre original « Les transports par câble : du télésiège à ski au téléphérique urbain (1/2) », par Gérard Feldzer.
 

©La Paz TO

©La Paz TO

La neige est tombée, ce qui va redonner le moral aux stations de ski et aux skieurs qui vont pouvoir remonter sur les téléphériques et autres télécabines. Une occasion de parler de ce moyen de transport particulier qu’on appelle le transport par câble, dont la France est un des leaders.
 

Notre domaine skiable fait que nous vendons chaque année plus de 150 millions de forfaits de ski et les Alpes françaises transportent à elle seules 40% des skieurs dans le monde. Du coup le savoir-faire de la France s’exporte plutôt bien, notamment à l’occasion des Jeux Olympiques d’hiver. La société Poma située près de Grenoble, qui fête cette année ses 80 ans est l’un des leaders mondiaux dans ce domaine. Un marché en pleine expansion, notamment en milieu urbain.
 

Un mode de transport apparu avant, en dehors des sports d’hiver


 
Le premier funiculaire identifié est celui qui en 1515 permettait d’alimenter la forteresse de Salzbourg en Autriche, et qu’on peut toujours visiter. Mais c’est le câble en acier suffisamment solide, apparu il y a 150 ans qui a permis de développer ce mode de transport pour passager. Mais l’essor est apparu avec l’invention du câble il y a 150 ans et qui a permis de transporter des charges lourdes.
 
Les sociétés qui construisent ce type de transport dans le monde, sont quasiment toutes européennes. Elles continuent d’investir et d’innover pour augmenter la capacité et le débit des personnes et réduire le temps du trajet. Comme le téléphérique qui relie La Plagne aux Arcs avec plus de 4.000 personnes à l’heure.
 

Cette prouesse technique européenne s’exporte de plus en plus en ville


 
On peut dire que le téléphérique aujourd’hui fait partie des transports en commun. En 2030, c’est à dire demain nous serons plus de 5 milliards à vivre en ville, ce qui implique des moyens supplémentaires de transport, innovant surtout dans les villes comportant des reliefs ou des étendues d’eau.
Aux traditionnels métros, bus, ou tramways, s’invite ce mode de déplacement. Comme à Rio de Janeiro, Caracas au Venezuela ou encore à Medellín en Colombie, le record du téléphérique urbain en altitude étant celui de La Paz en Bolivie qui monte à plus de 3.000 m.
 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.