Débats

L’urbanisme en cause dans les problèmes d’obésité

Article du Centre hospitalier universitaire vaudois, paru sous le titre original: « L environnement urbain nous fait-il grossir (ou maigrir)? », par Chloe Ruch
 
Sans titre-1
 
Les habitants de Lausanne nous permettront peut-être d’en savoir plus sur les causes de l’obésité. Dans les quartiers populaires de l’Ouest, le surpoids des résidents résiste aux explications habituelles. L’urbanisme pourrait être en cause.
 
Nous ne sommes pas égaux face à l’obésité. Si la génétique joue un rôle, les principales causes du surpoids sont sociales. Aux Etats-Unis, les chercheurs ont ­depuis longtemps constaté que les populations à bas revenus présentent plus ­d’obèses que la moyenne. Le phénomène n’épargne pas l’Europe ni les villes ­suisses de Genève et ­Lausanne, comme l’ont constaté une équipe de chercheurs romands.
 
Médecins et géographes ont conjugué leur expertise afin de déployer une carte ­lausannoise de l’indice de masse corporelle (IMC) et de sa dépendance à l’espace.
 
Cette représentation montre bien une corrélation entre revenus modestes et surpoids­– les quartiers populaires apparaissent criblés de rouge (IMC plus élevé que la moyenne), tandis que les banlieues bourgeoises sont couvertes de bleu (IMC plus bas que la moyenne).­Mais la représentation géographique ne fait pas que confirmer des ­résultats attendus.­Dans l’Ouest lausannois, notamment, les facteurs habituels ne suffisent pas à­ expliquer l’embonpoint des résidents. Niveau d’éducation, revenu, âge, état de santé,­origine ethnique, genre, consommation d’alcool… Quelque chose manque dans­ l’explication, et les chercheurs émettent l’hypothèse que c’est l’urbanisme lui-même ­qui pourrait jouer un rôle. Leurs conclusions sont publiées dans le British Medical ­Journal Open.
 
Cliquez ici pour lire la suite de l’article
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.