Brèves

Le canal Saint-Martin, de rouille et d’eau

Depuis lundi, le célèbre canal parisien entame une toilette qui n’avait pas été effectuée depuis 15 ans. Vidé de son eau, l’ouvrage prend des allures de chenal à marée basse. Mais le milieu urbain se fait sentir: vélibs, motos, caddies de supermarché, poussettes, pneus, tabourets… s’amoncellent dans la vase. Sans compter la mer de bouteilles et de canettes jetées régulièrement par les jeunes qui pique-niquent sur ses rives en été, plus nombreux chaque année. La dégradation de ces déchets laisse au fil du temps s’échapper des agents toxiques, des huiles de moteur et des essences nocifs au milieu naturel.
 

Voila pourquoi la grande opération de nettoyage du canal Saint-Martin, situé dans les 10e, 11e et 19e arrondissements de Paris, durera trois mois. Cette période de « chômage » – terme qui désigne le moment où l’on stoppe l’écoulement d’une voie navigable – permettra de vider près de 90 000 mètres cubes d’eau. L’installation d’un barrage en amont de l’écluse de La Villette a permis de stopper le trajet de l’eau dans le chenal. 50 cm d’eau ont cependant été maintenus afin de faciliter la pêche de sauvegarde, car le canal est malgré tout habité. Aujourd’hui et demain, une grande pêche sera menée par une société privée qui estime récupérer 4,5 t de poissons. Perches, carpes, écrevisses, anguilles… seront recensées et inspectées avant d’être relâchées en aval du canal, sous la voûte du Temple.
 

Durant la dernière opération de ce type, à l’hiver 2001-2002, certaines carpes repêchées atteignaient les 20 kg et deux obus de la Première Guerre mondiale, deux coffres-forts et même des pièces d’or avaient été découverts.
 

Les boues, vases et déchets évacués seront transférés sur péniche via le canal Saint-Denis vers des sites de valorisation. Le verre et le métal seront recyclés et les vases utilisées pour réaliser des buttes paysagères. En plus des opérations de curage, les services de la mairie de Paris en profiterons pour assurer la réparation et l’entretien des écluses, des ponts, des passerelles et la remise à neuf de maçonneries. Ces travaux coûteront 9,5 millions d’euros, mais c’est pour la bonne cause, surtoût si ça nous offre la possibilité de s’y baigner…
 

@sophiarandr

@sophiarandr

©LP:Jean Nicholas Guillo

©LP:Jean Nicholas Guillo

©Sarah Leduc:France 24

©Sarah Leduc:France 24

©LP:Jean Nicholas Guillo

©LP:Jean Nicholas Guillo

©Cédric Cousseau

©Cédric Cousseau

©Cédric Cousseau

©Cédric Cousseau

©Cédric Cousseau

©Cédric Cousseau

©Cédric Cousseau

©Cédric Cousseau

©Cédric Cousseau

©Cédric Cousseau

©LP:Jean Nicholas Guillo

©LP:Jean Nicholas Guillo

©Cédric Cousseau

©Cédric Cousseau

©LP:Jean Nicholas Guillo

©LP:Jean Nicholas Guillo

©Sarah Leduc:France 24

©Sarah Leduc:France 24


 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.