Brèves

Fenêtre sur cour parisienne

Publié sur The Créators Projects par Beckett Mufson et Pierre Berthelot Kleck sous le titre original « L’art parisien du voyeurisme »
 
53d19d66851d86ca92f59965ecd252d3
 
“J’aime observer les gens par leurs fenêtres” dit simplement Gail Albert Halaban, pour expliquer sa récente série Paris Views. Comme Baudelaire, Hitchcock, Brel et Polanski avant elle, cette photographe se complait à découvrir la vie des autres dans le vis-à-vis des immeubles. Et pour cela, on est tous d’accord là dessus – surtout ma voisine d’en face – rien ne vaut les cours et les étroites rues parisiennes.
 
Halaban, n’est pas du genre à faire des zooms de folie, des snaps volés de paparazzi. Ici, c’est l’ensemble qui attise notre curiosité et nous amène à doucement se construire des histoires digne d’un bon Zola. “Je sais que ça peut paraitre un peu flippant au début, beaucoup de gens pensent meme que c’est illégal. Mais quand vous regardez mes photos de Paris, on se rend vite compte que je ne suis qu’une sympathique observatrice du quotidien, rien de plus.”
 
Cliquez-ici pour lire la suite de l’article
 
d28f339cccf769b4aced3d0c19ab865f
 
12f7548a2eadbdbf0e64abbd04cadad1
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.