Brèves

La fontaine de Trevi, de nouveau admirable après 16 mois de travaux

Trevi
 
 
guillemets-ouvrant
 
 
 
Rome a enfin retrouvé, la semaine dernière, l’un de ses monuments les plus emblématiques : la fontaine rendue culte par le film la Dolce Vita de Federico Fellini, où Anita Ekberg se baigne une nuit en robe de soirée avec Marcello Mastroianni.
 
 
 
 
 
 

La sculpture baroque adossée au palais Poli a enfin été remise en eau, après 16 mois de travaux.
Commandée à Niccolò Salvi en 1732 par le pape Clément XII Corsini, la fontaine de Trevi fut achevée trente ans plus tard par Giuseppe Pannini. Véritable monument d’architecture et de sculpture, la fontaine est célèbre pour son dieu de l’océan, Neptune, réalisé par le sculpteur Pietro Bracci, entouré par l’abondance et la salubrité, œuvres de Filippo della Valle. Le général romain Agrippa, ayant commandé la construction de l’aqueduc de l’Aqua Virgo alimentant la fontaine, y est également représenté.
 
Pour ne pas décevoir les milliers de touristes venus chaque année l’admirer, la ville y avait installé une passerelle en plexiglas offrant la possibilité aux visiteurs d’effectuer les gestes traditionnels. Selon la légende, celui qui jette une pièce, dos à la fontaine, est assuré de revenir un jour dans la Ville éternelle. Un petit bassin de fortune devait se prêter à ce jeu mystique et récupérer le butin. Il faut savoir que chaque année, près d’un million d’euros de piécettes sont récoltées dans la fontaine, et intégralement reversées à des organisations caritatives. Durant ces 16 mois, la somme récoltée n’a probablement pas été aussi conséquente.
 
10955611_426679637489280_2689646230560719647_n
 
D’autant que le coût estimé des travaux monte à plus de deux millions d’euros. C’est la maison de couture romaine Fendi qui les a déboursé, désireuse de « lier son nom de manière indélébile à Rome ». Son directeur artistique, Karl Lagerfeld, était d’ailleurs présent lors de l’inauguration dans le but d’associer l’image de la maison de couture à celle de l’incroyable patrimoine artistique et au raffinement de la ville.
 
En tout cas, les touristes ne pourront plus dire « Veni, vidi… surtout des travaux » !
 
A-Rome-veni-vidi-surtout-des-travaux
 
1024px-Trevi_Fountain,_Rome,_Italy_2_-_May_2007
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.