Brèves

Applications, urbanité : les innovations pour mieux bouger en ville

Un article de Guillaume Renouard, publié dans l’Atelier sous le titre original « Les applications de navigation, clef de voûte de la mobilité urbaine »
 
 
atelier-navigation-urbaine_1
 

guillemets-ouvrant
La multiplication des options de transport en milieu urbain va nécessairement de pair avec la mise en place de navigateurs intelligents permettant à l’usager de concevoir son propre itinéraire.
 
 

L’application Waze, qui aide les chauffeurs à naviguer dans la jungle urbaine, en leur proposant une carte enrichie d’informations renseignées en temps réelle par la communauté d’utilisateurs, vient de connaître sa mise à jour la plus importante depuis trois ans. Certains utilisateurs se plaignaient du fait que l’application n’était pas toujours facile à utiliser en conduisant : Waze en a tenu compte, on peut désormais se réorienter, envoyer sa géolocalisation ou encore transmettre des informations aux autres usagers plus facilement.
 
L’interface a été entièrement revue pour plus de visibilité et de clarté, tout en conservant l’aspect cartoon qui fait partie de l’ADN de l’application. Une option « calendrier intelligent » permet également à l’utilisateur de recevoir une alerte lorsqu’un accident de la route est susceptible de perturber son itinéraire, lui permettant de partir plus tôt de son domicile en prévision. Enfin, Waze affirme avoir tout fait pour rendre l’application moins gourmande en batterie.
 
Google Maps vient également de subir un lifting, avec l’ajout de nouveaux outils, dont la possibilité d’afficher les stations essence alentour, avec les prix à la pompe accolés à chacune d’elles, ou encore les lieux potentiels où faire une halte : restaurants, supérettes, cafés… Il est également possible d’ajouter des détours à son itinéraire, ce qui évite d’avoir à tout retaper suite à un arrêt de dernière minute.

 

Conjuguer les différentes options de transport

 
Au rayon des applications de navigation intelligente, citons également CityMapper, ou encore Urban Engines. Celles-ci jouent un rôle-clef dans l’amélioration de la mobilité en milieu urbain, rôle qui ne peut être amené qu’à se renforcer à mesure que les villes se complexifient, que de nouveaux modes de déplacement apparaissent, que la circulation repose de moins en moins sur des moyens de transport uniques, et de plus en plus sur des réseaux interdépendants et complémentaires entre lesquels le citoyen jongle à loisir.
 
L’avenir promet en effet de nouveaux modes de déplacement, amenés à compléter les réseaux de transports publics existants et à remplacer peu à peu la voiture individuelle, du véhicule partagé sur le modèle Uber ou Lyft au taxi électrique autonome, en passant par des solutions à mi chemin entre transports en commun et véhicule partagés, comme les minibus des entreprise Bridj ou Chariot. Mais comment tirer le meilleur de cet écosystème, faire coexister ces différentes composantes pour un fonctionnement optimal ?
 
Le philosophe Leibniz a développé en son temps un système métaphysique dans lequel l’univers est constitué d’une multitude de monades, qui convergent et se complètent pour former la monade suprême, l’unité absolue. De la même manière, les applications de navigation sont les agrégateurs qui permettent aux différents modes de transport disponibles de se combiner, se compléter les uns les autres pour former l’itinéraire idéale, l’agrégation d”itinéraires idéals dans une ville aboutissant à une mobilité plus parfaite, à une gestion optimale des flux de population. On jongle ainsi entre transports publics, véhicules individuels et partagés, vélos, etc.
 
Pour lire la suite de l’article, cliquez ici
 
 
 

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.