Débats

Les préconisations de Carlos Moreno pour relever le défi de l’habitat durable

Une tribune de Carlos Moreno publiée dans La Tribune sous le titre original « COP 21 : le défi de l’habitat durable »
 

dOoHW0HV
Carlos Moreno est un scientifique franco-colombien, chercheur au CNRS et professeur aux universités Paris-Sud et Evry-Val d’Essonne. Il est reconnu pour ses réflexions, initiatives et applications autour de la ville intelligente, durable et sensible.
 
 

guillemets-ouvrant
De jour en jour, sur toute la planète, les villes se développent, s’agrandissent et s’étendent progressivement dégradant la qualité des sols et les écosystèmes. La COP21 et la conférence mondiale de l’ONU sur l’Habitat devront répondre à cette menace.

 
 
Le phénomène urbain a transformé en profondeur les rapports entre les hommes, l’habitat et la nature. L’émergence des grandes métropoles, le développement croissant des mégalopoles mais aussi l’effet d’attractivité parfois jusqu’à plusieurs centaines de kilomètres envers les villes moyennes et les petites villes sont venus bouleverser les rapports entre nos vies, les espaces urbains, ruraux et la bio diversité dans son ensemble.
A l’heure des défis majeurs du changement climatique avec la construction urbaine à grande échelle, l’épuisement des ressources naturelles, la pollution urbaine massive est devenue quasi permanente, le stress hydrique des villes, les effets systémiques menacent notre qualité de vie, mettent en danger notre santé et au delà l’ensemble même de la chaine du vivant.

 

Dégradation des sols

 
De jour en jour, sur toute la planète, les villes se développent, s’agrandissent et s’étendent progressivement jusque dans les zones agricoles et naturelles.
Bien que nous soyons la planète bleu, nos terres et sols constituent l’essence même des nos ressources habitables. L’urbanisation croissante depuis les dernières décennies allant de pair avec les développements des infrastructures a entrainé un processus de modification dégradant de manière conséquente nos terres. L’imperméabilisation des sols a ainsi augmenté deux fois plus rapidement que la population européenne par exemple !
 
 

(Crédits : Décideurs en région)

(Crédits : Décideurs en région)


 

Dans la suite de l’article, Carlos Moreno remet en cause les solutions proposées par les gouvernements. Il requestionne l’utilité des éco-quartiers, préconise l’accès à une propriété durable et propose la mise en place d’une dynamique « éco-systémique » et d’un habitat tourné vers la cité.
 
 
 

Vos commentaires

  • Cher Carlos,
    Je lis avec intérêt ce texte et j’y souscris assez largement, j’allais ajouter: bien sûr! La COP 21 va tenter de réduire l’augmentation de la dégradation des conditions climatiques du fait de l’activité humaine, ce qui n’est déjà pas une mince affaire, tant la machine humaine est vaste et puissamment nuisible. Si nous avons un résultat positif de ce grand rendez-vous international, nous retarderons la catastrophe climatique. Dans ce meilleur des cas- je n’ose évoquer l’échec! – nous aurions alors peut-être un bref temps de conceptualisation de ce que j’appelle de mes voeux: la naissance d’un étique de la responsabilité. C’est à dire quelques années pour tourner enfin le dos à la pensée « moderne » segmentée et spécialisée, totalisante et productiviste. Là non plus, cher Carlos, pas une mince affaire: la fondation de quelques outils conceptuels et philosophiques pour échafauder des nouveaux paradigmes. Car sectoriellement, nous avançons. Sur la réduction de l’émission des gazes polluants ou à effets de serre, la réduction des intrants en agriculture, les circuits courts, etc. Pour autant, plus largement, nous n’avons pas encore pensé les modèles économiques de la fin de la croissance et du partage du travail et des ressources. Ce qui nous dépasse encore c’est par exemple la capacité de penser un monde plus frugal chez les riches et plus équitables chez les pauvres. Nous manque aussi le schéma nouveau du progrès sans le productivisme. Cet assemblage complexe de concepts qui échappe à la pensée moderne, Edgard Morin par exemple en a commencé l’énoncé sans pour autant avoir été entendu et encore moins compris. Cher Carlos, bravo pour ce texte et retroussons nous les manches pour prendre notre part à ce chantier exaltant et indispensable! Amitiés, PhV

Commenter l’article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée sur le site Lumières de la Ville.